Politique

Election – Une liste électorale biométrique nécessaire

Si la liste électorale a été biométrique, ces candidats aux législatives auraient eu moins de soucis.

La bio-métrisation de la liste électorale devient une nécessité pour limiter les anomalies qui peuvent se produire durant les scrutins.

Peut mieux faire. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) peut reprendre son souffle. Les résultats provisoires des élections législatives ont été proclamés samedi. Malgré le satisfecit des observateurs, la CENI n’a pas été à l’abri des critiques. «Il y a eu des anomalies, mais dans le monde, il n’y a pas de scrutin parfait », se défend Hery Rakoto­manana, président de la CENI, dans son discours. Comme les précédentes élections, la fiabilité de la liste électorale a été mise en cause.
Lors du jour du scrutin, le 27 mai, de nombreuses réclamations ont été faites sur les anomalies de la liste électorale. Des électeurs qui avaient voté lors du second tour de la présidentielle, n’ont pas pu effectuer leur devoir citoyen pendant les législatives. « Tant que nous utilisons le système alphanumérique, il y aura toujours des anomalies », continue Hery Rakotomanana. Ainsi, l’utilisation de la liste électorale biométrique est une solution à envisager.
Des experts de la société d’État allemand Veridos sont venus à Madagascar, au début du mois de mai, pour faire une démonstration de la technologie qui permet la bio-métrisation de la liste électorale. Il s’agit d’un kit électronique portatif fonctionnant à l’énergie solaire et comprenant une tablette numérique. D’après ces techniciens, il faudrait six mois à un an pour tout mettre à jour, sans compter les modifications nécessaires sur les lois électorales. Le coût du projet n’a pas été indiqué.

Recensement
Lors de la dernière révision annuelle de la liste électorale, le pourcentage des nouveaux inscrits avoisine les 2%. La loi dispose que l’inscription sur la liste électorale est une démarche volontaire. Comme cette opération s’est effectuée en pleine période de soudure, la priorité de la population était ailleurs. Avec le kit portatif, les agents en charge du recensement peuvent se déplacer, permettant ainsi l’exhaustivité de la liste électorale. Toutefois, un analyste remet en cause la pertinence de ce système. « Il s’agit d’une perte de temps et d’argent tant que le registre de l’État civil n’est pas numérisé. Tant qu’à faire, il est mieux d’utiliser un système numérique qui permet de basculer automatiquement les personnes en âge de voter sur la liste électorale », conclut-il.
En attendant le projet de bio-métrisation de la liste électorale, le mandat de quatre ans des maires expirent au mois d’août. Ainsi, le décret de convocation pour les élections municipales est attendu. Les réclamations sur les anomalies de la liste électorale est fort probable d’autant que les nouvelles inscriptions ne seront ouvertes qu’en décembre.