Accueil » A la une » Chèque sans provision – L’ancienne ministre Vaonalaroy libérée
A la une Faits divers

Chèque sans provision – L’ancienne ministre Vaonalaroy libérée

Le colonel Tahina Ravelomanana, commandant de la SRC, raconte le déroulement de l’affaire.

Soupçonnée d’émission de chèque sans provision, l’ancienne ministre de la Culture Vaonalaroy Ramahatodisolomanana a obtenu une liberté provisoire, hier. Procès le 28 juin.

SAGA judiciaire depuis l’année 2019. La ministre de l’Artisanat et de la Culture de l’époque de Hery Vaovao hoan’i Madagasikara, Vaonalaroy Ramahatodi­solomanana, a été traduite au parquet d’Antananarivo, hier. On lui reproche l’émission de chèque sans provision. Elle a bénéficié d’une liberté provisoire. Elle sera jugée le 28 juin.

Les gendarmes de la section des recherches criminelles (SRC) de Fiadanana l’ont interpellée à son domicile, hier même. Ils ont rapidement mené son interrogatoire avant de la présenter au procureur.

Une société mobilière avait été victime de chèque sans provision mettant en cause cet ancien membre du gouvernement Mahafaly Solonandrasana. Elle a déposé plainte auprès de la gendarmerie le 22 mars 2020. Et ce n’est que maintenant que la présu­mée auteure a pu être trouvée.

Tentative de sortie

« L’affaire se déroule comme suit : elle avait acheté des meubles d’une valeur de vingt-trois millions d’ariary chez la société en février 2020. Elle l’avait payée par chèque qui avait été ensuite présenté à la banque. Celle-ci a pourtant révélé par une lettre qu’elle était interdite de chéquier », raconte le colonel Tahina Ravelomanana, commandant de la SRC saisie des investigations.

« D’après nos renseignements, elle est également concernée par une filouterie de frais de transport lors d’une location de voiture », indique l’officier supé­rieur.

Vaonalaroy Ramahatodi­solomanana, ancienne députée du district de Brickaville, traîne un boulet depuis 2019 où elle faisait l’objet d’un avis de recherche. Escroquerie et abus de confiance constituent l’infraction qu’on lui impute. Des plaintes contre elle avaient été déposées à la police économique. Ce qui avait abouti à son interception à Ivato lors d’une tentative de sortie du territoire, le 9 novembre 2021.

Elle aurait porté préjudice à un opérateur économique de Toliara, propriétaire de la voiture en question. Elle lui devrait quarante-et-un million et trois cents mille ariary, si l’on s’en tient aux informations recueillies.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter