Politique

Vie de la Nation – L’église catholique exhorte à corriger les défaillances

Une exhortation. C’est ce que la Conférence des évêques de Madagascar (CEM), a lancé dans son message publié, hier. Une exhortation à profiter des
« préparatifs spirituels », à la visite du pape François, pour « corriger les défaillances de notre vie nationale ».
Pour résumer, vraisemblablement, son invitation à une correction des failles nationales, la CEM a repris une phrase de « l’Evangelii gaudium », qui est la première lettre d’exhortation apostolique du Saint Père. « Je vous exhorte à la solidarité désintéressée et à un retour de l’économie et de la finance à une éthique en faveur de l’être humain », rapporte la déclaration des évêques.
Outre le constat d’une insuffisance de la foi, les évêques de Madagascar affirment que « la vie en société est désorganisée ». Le CEM dessine un tableau toujours sombre de la conjoncture dans la Grande île. « C’est le chacun pour soi qui règne. La vie est chère. La corruption est la norme. La justice est
devenue anarchique. Les meurtres se multiplient un peu partout. Malgré les efforts considérables communs des forces de l’ordre et du peuple, l’insécurité n’est pas encore maîtrisée. Les familles sont divisées ».
Portant un regard sur la jeunesse, les évêques parlent de jeunes en mal de modèle et vulnérables aux différents vices et cupidités. À l’instar de ses précédents messages, la CEM réitère que « les promesses non tenues sont devenues monnaie courante et la politique hypocrite ne fait que diviser la nation ». Sur sa lancée, elle affirme que « beaucoup ne voient pas chez les responsables accomplissant leur mission, de vrais patriotes ». Que la quête des intérêts personnels prend toujours le pas sur le souci du bien commun.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter