Politique

Nomination du DG du BIANCO – Les dix candidatures en suspens

La présidente du Csi, Sahondra Rabenarivo.

La sélection des trois candidats pour le poste du directeur général du Bianco est en cours. Les dossiers leur concernant restent confidentiels.

Les neuf membres du Comité de recrutement des candidats au poste du directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) sont à pied d’œuvre pour sélectionner les trois candidatures avant de présenter leurs noms au Président de la République. Ces trois dossiers concernent les candidats à sélectionner parmi les dix noms retenus par le Comité ad hoc.

Jusqu’à présent, l’identité des prétendants, futurs responsables auprès du Bianco, n’est pas révélée. Les étapes à suivre depuis la clôture de dépôt de candidature, jusqu’au dépouillement et à la sélection des dossiers retenus sont confidentielles. Aucun profil des candidats n’est divulgué. Toutefois, des informations partielles mentionnant les soixante quatre candidatures reçues et les dix retenues sont publiées sur le site web du Comité pour la Sauve­garde de l’Intégrité (Csi).
Qui sont les candidats retenus ? De quels secteurs d’activité viennent-t-ils ? Est-ce qu’ils seront capables de gérer un tel poste-clé en matière de lutte contre la corruption ? Toutes ces questions plutôt focalisées sur la qualité du futur directeur général du Bianco viennent à l’esprit des observateurs après la clôture de la réception des dossiers. Visiblement, les commentaires sur le compte Facebook du Csi déduisent que le public s’attend à un suspens sur les critères de sélection.

Critères
En marge d’une rencontre avec la presse tout au début du lancement de la candidature, la présidente du Csi, Sahondra Rabenarivo a mis en accent sur la qualité requise du futur locataire de la Villa La Piscine, à Ambohibao. En rappelant son explication, « il n’est pas un politicien. Mais au cas où un homme politique soumettrait sa candidature, il est recommandé qu’il laisse de côté son appartenance politique après sa nomination, puisque la neutralité pendant le mandat figure parmi les conditions requises ». À entendre les réactions de certains leaders dans les secteurs d’activités, la présence d’un politicien ou en quelque sorte d’une personne « parachutée » est carrément inadmissible. « La nomination d’un homme politique donnera une mauvaise image au Bianco », explique l’ancien président du Syndicat des industries de Madagascar.

Les observateurs des actualités politiques ont hâte de découvrir le nouveau visage du nouveau responsable à la tête du Bianco même si les membres du Comité ad hoc possèdent les pleins pouvoirs pour mener à bien leur mission. Le nouveau directeur général du Bianco qui remplacera Jean Louis Andriamifidy devrait être connu avant le 23 juin. Son successeur entrera en fonction pour poursuivre la lutte contre la corruption.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter