Politique

Isandra – Les dahalo tiennent tête à l’armée

À Isandra, les dahalo ont mené une guérilla contre les militaires. 

Les « dahalo », donnent du fil à retordre aux militaires dans les zones rurales de sécurité prioritaire. Les batailles ont été, particulièrement âpres cette semaine.

Une mini-guerrilla. Un terme utilisé par le général Théophile Rakotonirina, chef d’État-major général de l’armée Malagasy (CEMGAM), pour qualifier la situation qui prévaut dans le district d’Isandra et ses environs, depuis quelques jours.

Déployés depuis la mi-mars dans les quatre Zones rurales de sécurité prioritaire (ZRSP), les éléments de l’armée feraient face, dans certaines localités, à une situation de guerre. Ce serait, notamment, le cas dans le district d’Isandra, dans la région Haute Matsiatra, comme le rapporte le chef d’État-major général.
À entendre les informations qui ont circulé, hier, et dont une partie a été communiquée par le général Richard Rakoto­nirina, ministre de la Défense nationale, la situation serait aussi bouillante aux environs du district de Maintirano, dans la région Melaky.

A s’en tenir aux échos des faits sur terrain, les « dahalo », aurait du répondant. « À Isandra, les affrontements entre les « dahalo », et nos hommes n’arrêtent pas depuis avant-hier », a déclaré le ministre de la Défense nationale, hier, à Soanierana, dans son discours à l’occasion d’une cérémonie de passation de commandement au niveau de la Région militaire numéro 1 (RM1).

Au téléphone, jeudi, le CEMGAM a indiqué au sujet de la bataille d’Isandra que « les « dahalo », mettent réellement au défi les militaires. Comme s’ils veulent démon­trer qu’ils n’ont pas peur de nous. C’est comme s’il s’agissait d’une mini-guerrilla. Ils ne se battent plus qu’avec des fusils de chasse ou des armes artisanales, mais utilisent des armes de guerre ». Selon le général Théophile Rakoto­nirina, à certains endroits, les « dahalo », auraient même creusé des tranchés afin de s’y tapir et faire face aux assauts des militaires.

Intervention héliportée
Des assauts dans les fiefs des voleurs de bovidés dans le district d’Isandra, auraient été tentés depuis près de deux mois par les éléments des Forces de l’ordre et de sécurité (FDS), locaux. Le repère des « dahalo », qui serait proche de la localité de Mahazoarivo, aurait été, jusqu’à présent, imprenable.
« Après d’âpres affrontements, les éléments de la ZRSP Alpha ont, toutefois, pu conquérir leur fief », a, cependant, affirmé le chef d’État major général. Jeudi, il a ajouté que « le combat n’est pas, pour autant terminé ». Les militaires seraient en train d’acculer les « dahalo », jusqu’à un endroit dénommé « Tetin’Imanody », qui serait le lieu de passage de la plupart des bovidés volés dans cette zone.

Du côté de Maintirano, un accrochage avec les « dahalo », a eu une issue dramatique pour les militaires, hier. « Un lieutenant », serait grièvement blessé. Il aurait été touché à la tête. Les échanges de feu auraient démarré aux alentours de 6 heures, ou 6 heures 30 minutes.
Ces éléments de la ZRSP dans cette partie du pays ayant été « encerclés », par les voleurs de bovidés. Une intervention d’éléments héliportés s’est alors, avérée nécessaire pour prêter main forte aux troupes au sol, mais surtout, pour procéder à l’évacuation sanitaire de l’officier blessé.
« Il sera nécessaire d’arroser, préalablement, la zone afin de le dégager, avant que l’on puisse procéder à l’évacuation », est une phrase dite durant un échange entre deux officiers supérieurs qui coordonnaient l’intervention de Maintirano, hier. Il s’agit, de prime abord, de la première opération où l’hélicoptère Ecureuil B2, nouvellement « offert », à l’armée par le président de la République, a été mis à contribution.

Une question procédurale a, toutefois, gêné durant la mise en branle de l’opération de sauvetage d’hier. « Une autorisation émanant de la présidence de la Répu­blique », serait nécessaire avant que le nouvel aéronef basé à Ihosy, puisse partir en mission. Dans son allocution, hier, le ministre de la Défense nationale, a réaffirmé les propos du Chef de l’État concernant l’acquisition de trois autres hélicoptères avant la célébration de la fête nationale.
« L’argent y afférant est déjà prévu dans le budget du ministère », a affirmé le général Richard Rakotonirina. Il a ajouté, « nous sommes en train d’améliorer le matériel et les conditions, mais qu’importe l’adversité, l’armée ne recule pas. (…) Je vous demande, également, d’être responsables, exemplaires et redevables envers la population ».

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mais qu’est ce que ces dahalo mijotent de faire! En tout cas les forces de l’ordre ne doit pas en avoir de la pitié, ils doivent faire leurs travail comme en le sous entendu!!

  • non seulement dans cet partie qu’il faut renforcé mais il on a d’autre encore de plus la mise en place de la sécurité est aussi l’un des programme du gouvernement pour que tout le monde puisse vivre en paix sans angoisse surtout dans les zone rurale de plus les citoyens devraient avoir une coopération entre le force armé pour facilité leur tache dans leur cadre de l’insécurité