ANTSIRANANA - Éclairages publics : Sérénité dans les quartiers


Une grande surprise pour les habitants de quelques quartiers de la ville d’Antsiranana, qui ont bénéficié des lampadaires d’éclairage public. [caption id="attachment_144352" align="alignleft" width="427"] Le ministre lors de son discours.[/caption] C’est un ouf de soulagement pour eux. Les enfants et les jeunes ont montré leur joie, les adultes ont fait sortir leurs chaises dans la cour, la musique et la danse étaient au rendez-vous et la bière a coulé à flot. D’autres voisins ont essayé d’attirer leurs clients en sortant quelques marchandises pour la vente devant leurs maisons et au bord du chemin. Ce sont les échantillons de la réjouissance manifestée par les habitants parce que leurs maisons, leurs ruelles, les secteurs sont éclairés par les lampes de type cobra installées sur les poteaux de la Jirama. Il s’agit du projet baptisé « Hazavao ny elakelan-trano » qui consiste à installer un lampadaire tous les 50 mètres sur 500 kilomètres de ruelles dans tout le territoire. Selon les explications, en tout, dix mille lampes sont à installer cette année pour éclairer les routes et les ruelles des villes de la Grande île. Après un premier lancement à Antananarivo et à Toamasina, la société Jirama (Jiro sy Rano Malagasy) et le ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures (MEH) poursuivent la campagne dans la région Diana. Pour la ville d’Antsiranana, trois fokontany de la commune urbaine d’Antsiranana, Mahatsara, Tsaramandroso, Tanambao-V, ont, au début, déjà bénéficié d’éclairage public depuis la nuit d’hier (mercredi). Selon les explications, soixante-quinze lampadaires y ont été installés et la Jirama est en train de continuer les installations. Le quartier de Mahatsara a été choisi, dans la soirée d’hier (jeudi), pour abriter le lancement officiel du projet où tous les habitants issus des leurs secteurs respectifs ont été présents. On sait que ce village a été formé il y a trente ans, mais il n’a jamais été éclairé comme maintenant. [caption id="attachment_144350" align="alignleft" width="467"] Les enfants sont les plus heureux car ils peuvent jouer au football la nuit.[/caption] Fief des criminels À tel point que ce fokontany est réputé comme un fief des criminels et des toxicomanes. La cérémonie a vu la présence du ministre de l’Énergie et des Hydrocarbures Solo Andriamanampisoa et ses collaborateurs, la vice-présidente de l’Assemblée nationale Jocelyne Maxime, les autorités régionales conduites par le gouverneur Taciano Rakotomanga. D’après le ministre Solo Andriamanampisoa, le défi du gouvernement actuel est d’éclairer, non seulement les routes, mais également les petites ruelles qu’il y ait des poteaux de la Jirama ou non sur leurs bords. Il a avancé que ce projet figure dans le Velirano n°2 du Président Andry Rajoelina qui consiste à donner à tous l’accès à l’électricité. Le ministre a proposé aux habitants d'installer des lampadaires sur leurs maisons, pour éclairer les ruelles. Ceux qui acceptent de le faire bénéficieront d’une réduction de 20 000 ariary sur leur facture mensuelle, pour compenser la consommation d’électricité engendrée par ces éclairages publics. Par ailleurs, il a également annoncé la mise en œuvre prochaine du projet « branchement Mora », qui sera lancé vers mi-avril. Cette année, il compte réaliser 100 000 branchements dont le devis à payer est de 30 000 ariary, notamment pour les ménages vulnérables en possession du carnet dans les fokontany, sans besoin d’un permis de construire. [caption id="attachment_144351" align="alignright" width="620"] La rejouissance[/caption] Pour les zones rurales, le projet «kits solaires» de 5 000 ariary sera mis en œuvre dont la distribution de 1 000 000 de kits sur tout le territoire cette année. « Les venelles doivent être éclairées la nuit pour faire disparaître les malfrats. Il est toujours rassurant de rentrer le soir quand il y a de la lumière. La mise en place des éclairages publics réduira considérablement l’insécurité dans les zones rouges » a-t-il affirmé.
Plus récente Plus ancienne