Economie

Vanille – Difficile application du prix plancher

Le prix de la vanille fixé par le ministère du Commerce n’est pas très bien appliqué sur terrain.

Peu convaincus. Des opérateurs de l’or vert disent ne pas être persuadés par le prix de référence de 900 000 ariary par kilo pour la vanille préparée et stabilisée ainsi que le prix minimum de 350 dollars à l’exportation. Imposés pourtant depuis le 26 février, le prix plancher ainsi que le prix à l’exportation, ne s’appliquent pas comme il faut sur terrain. « Nos acheteurs étrangers ne sont pas sûrs de passer commande et acheter la vanille préparée à 350 dollars prix FOB. Pour la simple raison que le prix de référence de 900 000 ariary pour un kilo de vanille préparée et stabilisée équivaut à 250 dollars à peu près. Il y a une grande différence de 100 dollars sur la vanille qu’ils ont l’habitude d’acheter» explique le directeur d’une société, sise à Sambava.

Il faut comprendre en effet que les opérateurs locaux ne prennent pas plus de 20 ou 30 dollars maximum par kilo aux acheteurs étrangers qui prennent le kilo entre 215 et 315 dollars dépendant du type et de la qualité. Aussi, les 350 dollars prix FOB par kilo s’annoncent trop chers pour les acheteurs. « La note est trop vague, elle ne mentionne pas le type de vanille préparée et stabilisée car il en existe au moins quatre, à savoir, la vanille fendue ou cut, la vanille courte, la vanille rouge us, la vanille rouge europe et une fourchette de prix aurait pu suivre cet avis de prix de référence » ajoute encore l’interlocuteur.

Un collecteur dans la région Vatovavy Fitovinany souligne que le prix sur le marché intérieur n’est pas clair. « Les planteurs peuvent vendre la vanille verte au prix qu’ils veulent mais nous, collecteurs pouvons-nous également acheter à des prix qui nous conviennent ? » se demande-t-il.Le laisser-aller dans le prix sur le circuit intérieur implique des récoltes de vanille non mature car elle se vend à un prix très bas. Les collecteurs, en apprenant les 900 000 ariary de prix de référence de la vanille préparée et stabilisée, pourront présenter de la vanille tous azimuts, sans qualité, mais juste pour courir vers ce prix de référence.

« Nous proposons la mise en place d’un comptoir de la vanille dans chaque région productrice de l’épice. La qualité est assurée, les prix fixés et la traçabilité des produits est ainsi possible. De plus, le comptoir peut servir de dispositif d’informations pour les planteurs, collecteurs et autres » avance le collecteur. « En cette période de soudure, nos planteurs sont contraints de vendre de la vanille encore non mature pour quelques milliers d’ariary » témoigne notre source dans la région Vatovavy Fitovinany.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter