A la une Culture

Cinématographie – Le septième art à du mal à se relever

 Le lancement de l’offre Novegasy a été assistée  par la ministre de la Communication et de la Culture.

Canal Plus a lancé hier l’offre Novegasy avec pour objectif de promouvoir le cinéma malgache. Une initiative soutenue par le ministère de la Communication et de la Culture.

Mode survie. C’est la situation dans laquelle le milieu cinématographie malgache s’empêtre jusqu’à présent. Ce constat a été exposé lors de la relance de l’offre « Novegasy » de Canal Plus à Andohatapenaka où tout le gratin du cinéma local s’est réuni. Miné par le piratage, le manque de moyen et une législation vacillante, le cinéma malgache arrive tant bien que mal à se développer. « Le septième art à Madagascar accuse un retard de développement. Le système de lutte anti-piratage est quasi inexistant avec une efficacité contestable.

Cependant, des réformes sont en cours au niveau de la politique culturelle en réponse à ces défaillances », rassure Lalatiana Rakotondrazafy Andria­tongarivo, ministre de la Communication et de la Culture. Une façon pour cette responsable de mettre en avant le cadre du développement de l’audiovisuel où le ministère chargé de la Culture mène des actions favorisant le développement cinématographique et audiovisuel en privilégie une stratégie, encourageant l’émergence et le développement d’un secteur privé capable de répondre aux besoins actuels et futurs de canaux de diffusion tout en favorisant la distribution et l’exploitation des œuvres cinématographiques et audiovisuelles et à leur insertion dans les divers circuits possible.

Alternative

Malgré tout, le secteur arrive à garder la tête haute grâce aux talents de quelques réalisateurs qui réussissent à percer sur la scène internationale en remportant des trophées, à travers les festivals internationaux. Lova Nantenaina a obtenu le Poulain d’Argent lors du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, ou encore le film « Razana » du réalisateur malgache Haminiaina Rakotoarivony, à également été sélectionné au Festival International du Court Métrage à Clermont-Ferrand. « Le marché local existe. Il s’agit pour nous d’en faire un secteur qui peut réellement faire vivre », argue Anjara Rasoanaivo, réalisatrice, dont l’œuvre « Anjara diso » est à l’affiche de la programmation de NoveGasy.

Pensé de façon à contribuer à la relance du cinéma local, le concept de Novegasy fonctionne sur la base du même modèle de mécanique de programmation du Novelas TV. À partir d’aujourd’hui, Canal Plus effectuera ainsi la diffusion quotidienne d’un nouvel épisode pour les séries en semaine et rediffusion en mode marathon les week-ends durant lesquels, plus précisément en soirée, les abonnés pourront également profiter de deux long métrages en prime. « Une alternative intéressante pour la plupart des producteurs locaux dans la mesure où la plupart du temps, les séances de projection en salle occasionnent des pertes puisque la majorité des consommateurs Malgaches optent pour l’achat d’une version piratée à moindre coût », explique un réalisateur venu assisté au lancement de Novegasy hier.