A la une Social

Importation de coronavirus – Possible faille au niveau de l’aéroport d’Ivato

La vérification des passagers par la police aux frontières sera renforcée

Des ressortissants malgaches cherchent les moyens de revenir au pays sans autorisation. Le ministère du Transport, du tourisme et de la météorologie affirme que des lacunes pourraient favoriser l’entrée de ces passagers

Faille. Des passagers de Hong-Kong sont arrivés à entrer dans le pays depuis vendredi. D’après une source auprès du ministère du Transport et de la météorologie, des lacunes pourraient exister au niveau de police aux frontières à l’aéroport d’Ivato. Certains passagers pourraient mentir à leur sujet et utiliser des faux papiers sans le visa de Chine. Les compagnies aériennes sont également les premiers responsables selon elle. « Suite à un entretien avec le point focal de l’Aviation civile de Madagascar,  ces personnes ont passé par deux filtres. La traçabilité d’une personne doit être normalement vérifiée par la  police aux frontières. Mais peut être que les passagers utilisent deux  passeports à la fois. En arrivant à l’aéroport d’Ivato, ils utilisent un passeport falsifié. Cela peut arriver. Nous ne savons pas quels papiers ils ont montré. Il faut encore étudier où se trouve vraiment la faille car cela veut dire que des passagers peuvent tenter d’entrer au niveau de ces filtres. Lorsque les passagers arrivent au filtre de contrôle sanitaire, ils pourront aussi affirmer qu’ils n’ont pas passé les derniers quatorze jours en Chine. Après le passage à ces deux filtres, ces personnes rentrent facilement chez eux. Mais en tout, les compagnies aériennes sont censées connaître la traçabilité de chaque passager. Selon leurs explications, les compagnies ont souligné avoir appris que les étudiants malgaches pouvaient rentrer au pays. Elles n’ont pas d’excuse quoi qu’elles aient entendu auparavant alors que la note a déjà été bien précisée. Nous sommes devant le fait accompli. Ces personnes sont isolées à Anosiala actuellement», explique cette source. Elle poursuit que si le refoulement immédiat ne peut se faire à l’instant où la personne est détectée sans autorisation, le passager est pris en charge à Anosiala.

Demande d’autorisation

D’après elle, les compagnies aériennes ne sont pas censées avoir l’autorisation de débarquer dans le pays. Seul le ministère du Transport, du tourisme et de la météorologie  transmet l’autorisation auprès des compagnies aériennes. Il en est de même de la dérogation spéciale, la liste des personnes qui sont autorisées à rentrer doit être  reconnue par le ministère et transmise au niveau des compagnies aériennes. La dérogation spéciale n’est pas valable sans la validation par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Santé publique avant d’arriver au ministère de Transport, du tourisme et de la météorologie. Les passagers ayant quitté la Chine plus de quatorze jours peuvent être embarqués sans restriction. « Les compagnies aériennes peuvent toujours transporter des passagers de Chine si ceux-ci ont déjà passé plus de 14 jours dans ce pays. Mais la façon de compter ces quatorze jours est délicate. Même si une personne a eu l’autorisation d’entrer dans le pays, les conditions doivent être respectées », ajoute-t-elle. Selon la communication du ministère des Affaires étrangères, quatorze étudiants ont demandé la dérogation jusqu’à hier. Soixante ressortissants malgaches sont bloqués à Wuhan actuellement. Comme Wuhan est mis en quarantaine, ces personnes ne pourront rentrer au pays facilement.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter