A la une Politique

Gouvernement – Les séances d’évaluation bouclées

Les ministères ont passé un audit après un an.

Le sort du gouvernement est sur le point d’être scellé. Sauf retard dans le timing, les évaluations de chaque département ministériel devraient avoir été clôturées, hier.

La boucle est bouclée. Selon les informations, la présidence de la République a clôturé les évaluations des membres de l’équipe gouvernementale, hier. Une semaine, jour pour jour, avant l’arrivée à terme du mandat accordé par Andry Rajoelina, président de la République, à la team Ntsay, les évaluateurs ont passé en revue les rapports de performance de chaque département ministériel durant une journée marathon.

« On nous a prévenus hier [jeudi], que les séances d’évaluation allaient se dérouler ce jour [hier] », confirme une source gouvernementale. Selon les informations, ce sont les secrétaires généraux des ministères, entre autres, qui sont passés devant la barre pour défendre les performances de leur département respectif. Un par un, chaque responsable ministériel aurait disposé d’environ une heure pour plaider la cause de son cabinet.

Suivant l’ordre protocolaire du gouvernement, c’est le secrétaire général du ministère de la Défense nationale qui aurait été le premier à défendre la cause de son département. Et celui du secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie nationale qui aurait donc conclu la valse des ministères. « Sauf changement, l’heure prévue pour l’évaluation du secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie nationale sera, ce soir [hier] à 22 heures », affirme une source proche du dossier.

Les informations partagées par les sources contactées et chuchotées par les indiscrétions convergent dans le fait que « le remaniement du gouvernement devrait intervenir plus tôt que prévu ». Certains fixent comme échéance le prochain conseil des ministres. Il est ainsi probable que le chef de l’État n’attende pas le 24 janvier, date de la fin du mandat qu’il a accordé à Christian Ntsay, Premier ministre, et son équipe pour effectuer une retouche d’effectif.

Remaniement
Pour l’heure, les bruits de couloirs portent sur « un remaniement », et non « un changement », du gouvernement. Si certains courants voudraient l’évincer du pouvoir, le chef du gouvernement devrait rester en place, sauf énorme revirement. Le fait qu’il n’ait pas d’attache politique particulière et qu’il n’ait ainsi, de compte à rendre qu’au président de la République, serait un atout pour le locataire de Mahazoarivo. « Compétent et besogneux », selon ses défenseurs, il bénéficierait toujours des faveurs des partenaires internationaux.

Il est certain que des ministres seront nommés à la tête du ministère des Affaires étrangères et celui du ministère de l’Énergie lors de la prochaine recomposition de l’effectif gouvernemental. Il devrait également y avoir des remplacements. La conjoncture sociale de ces derniers temps placerait Marie Thérèse Volahaingo, ministre de l’Éducation nationale, et Blanche Nirina Richard, ministre de l’Enseignement supérieur, en ballotage défavorable.

Bien que son parti politique, le « Malagasy miara-mihainga » (MMM) lui accorde un soutien inconditionnel, l’épisode de la prime de fin d’année ayant conduit à la grève des enseignants et éclaboussant directement le président de la République, pourrait être fatale à la ministre de l’Éducation. Celle de l’Enseignement supérieur est directement pointée du doigt par le Syndicat des enseignants-chercheurs (Seces), comme la principale source de blocage dans les négociations entre cette entité et l’État.

Le Seces dont la grève paralyse toujours les universités, réclame sans ambages l’éviction de la ministre Blanche Nirina Richard. Outre les deux dames, d’autres membres du gouvernement risqueraient, également, d’être écartés de l’effectif. Le fait d’être trop amorphe, maladroit dans la gestion des affaires publiques, ou ayant juste fait de la figuration, pourraient coûter leur poste à quelques autres ministres.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mila araha maso akaiky ny ministera sasantsasany fa misy tena gaboraraka , hita aloa atreto hoe efa tena manao ezaka goavana ny fitondrampanjakana , tsara fa toizo!!!