Accueil » Faits divers » VANGAINDRANO – Seize yeux dérobés sur des corps
Faits divers

VANGAINDRANO – Seize yeux dérobés sur des corps

Les pilleurs trimbalaient la boîte contenant les seize yeux lorsque les gendarmes les ont cueillis.

Quatre pilleurs de tombes ont été arrêtés avec des yeux volés sur des dépouilles des membres de leur famille décédés qu’ils tentaient de vendre.

Un fait-divers qui dépasse l’entendement. Huit corps ont été vampirisés dans un caveau de Mahabe Vangaindrano. Quatre personnes d’une même famille ont été arrêtées. Ces derniers ont été pris en possession de seize yeux humains, arrachés sur des dépouilles pendant un pillage de sépulture. Les malfaiteurs cherchaient à les vendre lorsqu’ils sont tombés dans les mailles des filets tendus par les forces de gendarmerie.

La transaction qu’ils fomentaient a tourné court lorsque les limiers de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Vangaindrano ont été mis au parfum que des individus venus des brousses de Mahabe étaient en ville et qu’ils seraient en possession d’yeux humains pour lesquels ils voudraient bien trouver acheteurs. En partant de ces informations, les gendarmes ont mis au point un plan pour prendre la bande dans les mailles de leurs filets. Piégés par les gendarmes, les malfaiteurs se sont fait cueillir par les gendarmes dans l’après-midi d’avant-hier aux alentours de 16heures. Au total, seize yeux ont été découverts dans une boîte qu’ils trimbalaient avec eux. Sitôt arrêtés, ils ont été placés en garde à vue.

Dans un interrogatoire serré, ils ont fini par craquer pour passer aux aveux. Il s’est alors que les organes découverts sont le butin d’un cambriolage de caveau commis quelques jours plus tôt dans la nécropole d’Ambohi­manara Mahabe. Ils ont été dérobés sur huit dépouilles enterrées depuis quelques années. Bien que retirés de l’orbite et pour être conservés ensemble dans une sorte de boîte, les yeux retrouvés n’avaient pas encore totalement perdu l’humidité qu’ils renferment.

Aveux

Soumis au feu roulant des questions, les malfaiteurs ont avoué avoir pillé leur propre tombeau ancestral. De ce fait, les corps qu’ils ont vandalisés ne seraient autres que ceux de leurs proches de la caste Antevato auquel ils appartiennent eux-mêmes. Les pilleurs sont âgés respectivement de vingt-quatre, trente-deux, trente-neuf et quarante-neuf ans. La plus jeune est une femme qui habitant dans le quartier de Kolidanitra, dans la commune de Mahabe.

Les quatre personnes incriminées dans cette histoire trouvent leur gagne-pain en travaillant la terre. C’est la première fois qu’elles se retrouvent mouillées dans pareille histoire.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Salama namako ô,
    Fa dia efa inona loatra isika gasy ity e? Ny biby aza nama tsy manana izany toetsaina izany. Opération « maso » ndray zany izao. Fa dia nahoana loatra e. Mampiori-koditra ny mahare izany maika moa fa raha nahita maso. Tena very hasina isika e! Inona ny antony? VOLA angamba ô? Fa iza ny atidoha mikotrika? Ataovy haza lambo ary mampahery ny fanjakana amin’izany! Ny madinika foana no tratra farany ao fa ny tena atidoha miriaria eny foana! O re olona ô, aza manaiky atao saribakoly re e! Handany fahatanorana any amponja anie e!
    Mahereza