Accueil » A la une » LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ URBAINE – Renforcement de la présence policière
A la une Politique

LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ URBAINE – Renforcement de la présence policière

Des dispositifs permanents sont prépositionnés au niveau des carrefours à l’entrée de la capitale. 

Depuis quelques jours, un renforcement de la présence policière est constaté à Antananarivo et ses environs. Il s’agit d’un déploiement en réponse aux relents d’insécurité, selon les explications.

Rassurer et dissuader. C’est ce double objectif qui résume le renforcement de la présence policière ces derniers jours. Un déploiement massif constaté notamment à Antananarivo. Il s’agit donc de rassurer les citoyens et de dissuader les malfaiteurs. Depuis quelques jours, en effet, ceux qui circulent le soir et la nuit constatent le retour de la présence massive d’agents de police et de véhicules policiers à des points déterminés de la capitale et ses environs.

“Il s’agit d’une réponse aux desiderata de la population. On rassure, on est visible et on répond aux besoins de la population”, explique la commissaire divisionnaire Aina Randriambelo, directrice de cabinet du ministère de la Sécurité publique. Ce dispositif policier, effectif depuis près de deux semaines, n’est pas éphémère. Selon la commissaire divisionnaire Randriambelo, toujours, “il s’agit d’un dispositif permanent avec une adaptabilité aux situations sur terrain”. Outre les contrôles et les surveillances, les éléments prédisposés procèdent également à des interventions. L’innovation est que ces dispositifs fixes sont également habilités à recevoir directement les plaintes des citoyens.

Il s’agit de l’application de la nouvelle approche qu’est “une police proche, à l’écoute et au service de la population”. Le jour, particulièrement durant les heures de pointe, jusqu’en début de soirée, des éléments en tenue civil sont déployés dans les endroits fortement fréquentés, ou ceux réputés être des zones de prédilection des larcins. “Nous essayons autant que possible de répondre aux besoins exprimés par les citoyens”, ajoute la directrice de cabinet du ministère de la Sécurité publique. Le commissariat d’Analakely, par exemple, multiplie les battus de terrain pour affirmer cette présence, pour rassurer les citoyens et dissuader les malfaiteurs.

Baromètre

Dans le redéploiement actuel, les policiers fraîchement diplômés des écoles de police sont mis à contribution pour densifier l’effectif. Dans un souci d’efficience et pour favoriser la synergie avec la police, la commissaire divisionnaire Randriambelo encourage les citoyens “à ne pas cesser de communiquer avec nous”. Elle ajoute que l’objectif est que les citoyens perçoivent les résultats des efforts déployés. Les relents d’insécurité, particulièrement violents ces derniers temps, imposent effectivement une révision de la stratégie par les Forces de défense et de sécurité (FDS). Ce redéploiement d’éléments, avec la mise en place d’un dispositif pré-positionné de façon permanente, est ainsi la première réponse de la police nationale.

De son côté, la gendarmerie nationale, elle aussi, est au taquet. Dans les localités limitrophes d’Antananarivo, les éléments pré-positionnés sont renforcés également, tout comme les patrouilles. Quotidiennement, les informations sur les arrestations, ou les bandits tombés sous les balles de la police ou de la gendarmerie, après altercations, s’enchaînent. Il y a aussi le démantèlement de réseaux de malfaiteurs.

Des faits qui sont recensés dans la capitale et ses environs, mais aussi dans les autres circonscriptions. En parallèle, cependant, les cas de larcins, d’attaques meurtrières et d’agressions violentes foisonnent. Certains crimes atteignent un niveau d’animosité effrayant. Sur les réseaux sociaux notamment, de plus en plus de citoyens s’insurgent contre l’insécurité ambiante. Les appels à une prise de responsabilité drastique des autorités se font de plus en plus bruyants. L’objectif de la police de rassurer les citoyens n’est visiblement pas encore atteint. Des résultats sont enregistrés. Seulement, c’est la perception de la population qui est le principal baromètre.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • cela fait des années que les autorités rabachent les mêmes discours et des mesurettes inefficaces pour une situation insécuritaire toujours grandissante !!
    Les gens ne croient plus à vos blablas !!!