Accueil » Economie » Industrie – Natema et Soanamad, deux modèles de réussite
Economie

Industrie – Natema et Soanamad, deux modèles de réussite

Deux petites et moyennes industries (PMI) de Toamasina ont reçu hier les vives félicitations du ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation (MICC) pour leurs efforts et volonté de promouvoir les productions locales. Ces unités opèrent dans le traitement et la transformation de certains produits qui font la renommée de la région Est ou l’Atsina­nana, comme le girofle, le manioc, la patate, la banane et le « soanambo ».

L’une de ces uni tés, Natema, qui est implantée dans le district de Toamasina II, produit annuellement 670 tonnes d’huile essentielle à partir de clous de girofle collectés auprès des paysans producteurs. Cette huile peut aussi servir à la production de parfum et de savon. Etant sur place et accompagné d’une forte délégation de son département pour une visite des lieux et de l’usine, le ministre Edgard Razafindravahy note que la démarche et les actions menées par Natema s’inscrivent dans les objectifs du septième engagement (Velirano 7) du président de la République, car elles s’orientent vers la promotion des productions locales sur les marchés aussi bien national qu’international. Cela mérite d’être l’exemple à suivre pour beaucoup d’autres industries. Une « mission » à laquelle s’attèle aussi le MICC dans son projet de développement de l’ODOF (One district, one factory) dans tout le pays.

L’autre unité est la Soanamad qui produit de la farine à partir de manioc, de patate et de banane également collectés auprès des paysans. Les actions de cette industrie vont dans le sens du projet du MICC pour la mise en place de pépinières industrielles dans cinq-cents districts du pays.

Dirigée par un jeune dénommé Kenly Randrianari­soa, l’usine emploie actuellement, outre les producteurs avec qui elle travaille, quelques dizaines d’employés. Selon le directeur, son usine approvisionne actuellement les marchés e t grandes sur faces de nombreuses villes. À terme, de la farine de « soanambo » sera également produite, mais en attendant, on peut déjà apprécier les chips de manioc, de patate et de banane.

Le ministre Edgard Razafindravahy s’est déclaré très satisfait de ses deux visites qu’il vient d’effectuer à Toamasina. Les deux unités visitées sont toutes des modèles à suivre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter