Accueil » Social » Épidémie de coronavirus – Le non-respect des gestes barrières toléré
Social

Épidémie de coronavirus – Le non-respect des gestes barrières toléré

À  Toamasina,  les  habitants  se  sont  attroupés  sur  le passage  du  cortège  qui  accompagnait  les  Barea.

Relâchement flagrant des gestes barrières avec les manifestations de toutes sortes qui attirent une foule de public. Pourtant, la covid-19 continue de tuer dans l’ile.

Relâchement flagrant dans le respect des gestes barrières. Ce weekend, des événements culturels, politiques et sportifs ont chamboulé les dispositifs sanitaires mis en place contre l’épidémie de coronavirus. Ces événements ont réuni des centaines, voire des milliers de personnes à Toamasina et à Antsirabe. Un tel rassemblement est un facteur de risque de propagation du virus. Cependant, les forces de l’ordre ne sont pas intervenues. Elles n’ont pas dispersé la foule en liesse, qui semble avoir, complètement, oublié l’existence du virus de Covid-19.

Elles n’ont pas exigé le respect des gestes barrières, comme le port de masque, la distanciation physique de un mètre. « Nous n’avons pas donné d’autorisation de regroupement de plus de deux cents personnes. C’est plutôt aux organisateurs de l’événement que vous devriez poser les questions », indiquait une autorité à Toamasina, sur le spectacle de l’artiste sud-africaine Nomcebo Zikode qui faisait un show au stade municipal, dimanche. Des interdictions auraient pu provoquer des émeutes, ce serait la raison pour laquelle les autorités auraient « laissé faire », laisse-t-on entendre.

Karaoké bondé

Ce spectacle de la chanteuse du tube planétaire « Jerusalema » a affiché complet à Toamasina. Ses « fans », qui se souciaient peu du coronavirus, se collaient les uns aux autres et ne portaient pas de masque, pendant le show qu’elle a donné, au stade municipal, avec d’autres artistes malgaches comme Jerry Marcoss. Ce dernier étant l’auteur et le compositeur de la chanson « Stopeo corona », qui sensibilise les gens à respecter les gestes barrières pour stopper la circulation du virus. Ce groupe es t attendu pour d’autres spectacles à Antananarivo et à Mahajanga.

Toujours à Toamasina ce week-end, des centaines de personnes se sont rassemblées pour un accueil très chaleureux des Barea qui débarquaient dans cette ville portuaire pour le match éliminatoire de la Coupe d’Afri­que des Nations (CAN). Des autorités de la région Atsina­nana ont même participé à cet accueil triomphal. Ils ont été vus sur le podium devant la commune urbaine de Toamasina, où des centaines de personnes vêtues de blanc, rouge et vert se sont rassemblées. Ils étaient dans le cortège des footballeurs.

À Antsirabe, les rassemblements ont été plutôt sur l’initiative des politiciens. Les partis de l’opposition, interdits d’entrée au Magro à Avaratsena, ont réuni des centaines de partisans, dans les rues de la ville d’Eaux. À Antananarivo, des salles de fête, des bars, des salles de karaokés, sont bondés de monde qui ne porte plus de masque.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre ce laisser-aller qui risque d’aggraver l’évolution du coronavirus. Les autorités sanitaires sont inquiètes. « Lorsque les gestes barrières ne sont pas respectés, la recrudescence de l’épidémie de coronavirus est à craindre », lance le Dr Fidiniaina Randriatsarafara, directeur général des Médecine préventive. « Nous ne sommes pas à zéro cas, et nous ne devrions pas penser que le virus est éliminé », ajoute-t-il. Les agents de santé se tiennent prêts pour une éventuelle hausse des cas.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi