Accueil » A la une » Examen – Le baccalauréat sous haute sécurité
A la une Social

Examen – Le baccalauréat sous haute sécurité

La  conférence  de  presse  à  Tsimbazaza,  hier.

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique fait appel comme chaque année, au renforcement de la sécurité du baccalauréat.

Le déroulement de l’examen du baccalauréat sera strictement surveillé cette année. C’est en somme l’annonce de l’organisation de cet examen par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, hier à Tsimbazaza. Depuis le contrôle de l’acheminement des sujets d’examen jusqu’à la sécurisation des centres d’examen, chaque détail sera en collaboration avec l’appui de la gendarmerie nationale.

« La sécurisation des centres a été améliorée cette année. Le nombre des forces de l’ordre sera doublé. L’année dernière, cinq éléments par centre ont été engagés pour assurer la sécurité du déroulement des examens. Cette année, dix éléments seront affectés à chaque centre d’examen », indique le Professeur Jean François Rajaoanarisoa, directeur général de l’Enseigne­ment supérieur au niveau MESUPRES. Les forces de l’ordre seront présentes auprès des salles de classes où vont se dérouler les examens.

« Nous serons stricts par rapport à tous ceux qui entrent et qui sortent d’un centre d’examen. Chaque individu sera fouillé et c’est le cas également au niveau du lieu où les sujets d’examen sont entreposés », indique le Colonel Ravoavy, directeur de la sécurité et du renseignement au sein de la gendarmerie, lors du point de presse.

Dernière mise au point

Les sujets d’examen quant à eux ont été livrés auprès des centres d’examen de toute la Grande. 25% des personnels engagés dans la préparation du baccalauréat sont des personnels administratifs. Ils ont été mis en quarantaine durant le préparatif des sujets. Les 75% constituent les personnels enseignants issus du ministère de l’éducation nationale et du ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle. Tandis que la gendarmerie nationale représente les 5%.

L’appel et le contrôle des convocations seront fixés entres les deux heures avant les examens. « Selon les directives que nous avons reçues, nous commençons à vérifier les candidats à partir de 5 heures du matin jusqu’à 7 h. Les candidats pourront arriver entre les heures prévues », indique un chef de centre dans la capitale. Auprès des centres, les dernières mises au point ont été achevées. Les dispositifs de lavage de mains, ainsi que les désinfections des salles ont été achevées.

Comme c’est le cas du Lycée Andohalo. « Nous avons terminé les derniers préparatifs hier. Les numéros ont été collés à chaque banc », indique une responsable au sein de ce lycée. Pour ce dernier, le respect des gestes barrières a fait qu’un candidat sera affecté à un banc et le nombre de candidats par salle ne dépasse pas les vingt-quatre, pour cette session. « Nous avons pris toutes les précautions nécessaires en matière de santé. Les candidats ont augmenté en nombre dans le centre Andohalo. Nous avons été contraints de multiplier les salles de classes », indique le responsable. Les candidats pourront visités les salles ce week-end.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi