A la une Economie

Concours international de robotique : Les équipes malgaches livrées à elles-mêmes

Les domaines de la technologie et de la science sont à l’origine de toutes les innovations. Il est temps de les mettre en valeur.

Peu considéré, les domaines de la technologie, l’ingénierie, la science et les mathématiques sont pourtant à l’origine de toutes les innovations utilisées par tout le monde au quotidien. Un constat qu’ont déploré les responsables de l’association STEM4Good, hier à Andranomena dans les locaux de NextA, lors de la présentation de l’équipe qui représentera Madagascar pour la prochaine édition du First Global Challenge (FGC).

L’évènement qui se déroulera à Dubaï met à l’honneur de jeunes talents scientifiques du monde entier, en leur permettant de créer des robots qui apporteront des solutions aux grands défis mondiaux. « Nous nous fixons comme objectif de donner plus de valeur à la science et aux technologies dans le pays. Par exemple, STEM milite pour l’intégration de la programmation informatique dans le programme scolaire dans la mesure où c’est la base de presque tout à notre époque où le numérique prend une place d’importance. Cependant, le budget consacré à l’éducation et encore moins celui dédié à la programmation informatique pour les tout-petits est moindre comparé aux autres domaines », explique Ricard Andrianamanana, mentor de l’équipe qui partira à Dubaï la semaine prochaine.

Lobbying

Une façon pour ce respon­sable de mettre en exergue les difficultés rencontrées par les jeunes passionnées de la technologie pour s’épanouir dans leur domaine. « Selon les responsables du concours international, à chaque équipe représentante de leur pays, d’assurer une partie des frais. En plus de la partie technique, les membres de l’équipe se voient ainsi dans l’obligation d’effectuer eux-mêmes les levées de fonds et les recherches de partenariat. Un jour peut être, à force de lobbying, les autorités compétentes verront l’importance de ce domaine pour l’avenir des jeunes et de l’éducation. À ce moment là, la technologie, l’ingénierie, la science et les mathématiques seront considérées à leurs justes valeurs », rajoute le mentor.

L’équipe qui représentera Madagascar à Dubaï devait trouver la somme de 10000 dollars. Objectif qu’ils ont atteint non sans peine et avec des partenaires et sponsors ponctuels. Cependant, d’autres équipes qui doivent concourir à l’international comme l’équipe féminine qui partira en Armenie pour le «Robotex», ou une autre équipe doit partir en Inde pour le « Technorion » sont encore à la recherche du fonds nécessaire. « Autant d’évènements à l’international ou la Grande île est susceptible de briller grâce aux jeunes talents qui sont cependant livrés à eux-mêmes », argue Ricard Andrianamanana.