Accueil » Faits divers » VOL À MAIN ARMÉE – La victime des criminels meurt à l’hôpital
Faits divers

VOL À MAIN ARMÉE – La victime des criminels meurt à l’hôpital

La porte brisée par les criminels.

Un patient venant de Fianarantsoa est décédé à l’HJRA, jeudi. Roué de coups par des cambrioleurs, il a dû subir deux interventions neurochirurgicales.

L’insécurité a repris du poil de la bête à Fianarantsoa. Une victime alitée à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) a rendu l’âme, jeudi matin. Il s’agit d’un chef de famille, deux fois opéré.

Une bande de cambrioleurs l’a tabassé. Il a gravement été touché à la tête, nécessitant donc une intervention neurochirurgicale. Malgré ses soins intensifs, il est parti au bout de neuf jours d’hospitalisation. Sa famille abattue et éplorée a ramené son corps sans vie à Ankofafa Fianarantsoa, hier. Il sera inhumé à Ambalavao.

Des malfaiteurs armés ont fait intrusion chez le défunt, le 7 septembre, aux petites heures. Ils ont assommé le concierge présent dans la cour. Ils ont ensuite défoncé la porte principale du rez de-chaussée pour pénétrer dans la maison.

Sitôt à l’intérieur, les scélérats s’en sont pris au père de famille. Ils l’ont battu jusqu’à ce qu’il se retrouve à terre, paralysé. Ils n’auraient pas touché aux autres, mais les tenaient seulement en respect avec des armes. Ils ont ramassé leur argent, s’élevant à plusieurs millions d’ariary, et leurs portables.

Faute de scanner

Ils sont repartis avec leur butin, laissant pour mort leurs victimes. Celles-ci ont immédiatement été conduites au centre hospitalier universitaire de Tambohobe. Mais faute de scanner sur toute la ville, elles ont été évacuées à Antsirabe. Après l’examen en imagerie, le gardien a été renvoyé à Fianarantsoa. Il a, lui aussi, reçu de violents coups en pleine tête. Il se trouve toujours sur son lit d’hôpital. Aucune information n’a filtré quant à son pronostic vital. Son employeur a été transporté à la capitale à cause de la gravité de ses traumas. Il n’a malheureusement pas survécu.

« La famille du gardien peine à trouver de l’argent pour financer ses soins. Elle demande de l’aide des personnes généreuses. Leur patient a cinq enfants et ne pourra certainement plus les nourrir après sa sortie de l’hôpital », rapporte un confrère.

Trois individus soupçonnés d’avoir participé au forfait ont été capturés par la police. Certains d’entre eux viennent d’Antananarivo. Divers objets volés ont été saisis lors de leur arrestation. L’enquête se poursuit.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter