Accueil » Social » ENVIRONNEMENT – Le trafic des substances nocives à la couche d’ozone traqué
Social

ENVIRONNEMENT – Le trafic des substances nocives à la couche d’ozone traqué

Un contrôle accru sera effectué sur l’utilisation et l’importation illicites des SAO dans le pays. L’OPJ de l’environnement sera de ce fait investi des pouvoirs pour appliquer les textes en vigueur.

Les substances qui appauvrissent la couche d’ozone et qui entrent sur le territoire malgache seront désormais scrutés à la loupe. C’est ce qui a été annoncé en marge de la célébration de la journée mondiale de la protection de la couche d’ozone marqué au siège de l’OLEP Ambatobe. Les substances appauvrissant la couche d’ozone ou SAO sont des auteurs de sa destruction. Ce sont en général des gaz ou produits chimiques utilisés comme frigorigènes dans les appareils frigorifiques, dans les chambres froides ou les climatiseurs. Le HCFC ou Hydrocho­lo­- fluorocarbures parmi les substances nocives à la couche d’ o z one p ou r r ai t f ai re l’objet de trafic. « On peut se confronter à cas de dédoublement où le contenant est divisé en compartiment. Dans ce cas, les produits interdits ou SAO sont dissimulés dans le compartiment du bas et les produits autorisés sont mis en haut. Ces produits ne sont visibles que par rayon X au niveau des douanes et des frontières dans le pays », indique le Docteur Nicolas Randriamboavonjy, OPJ de l’environnement, lors de cette journée. Mis à part la dissimulation, la production de contrefaçon est également constatée par les responsables. « On pourrait constater des produits imités des SAO mais qui sont des faux. Nous essayons également de contrôler ces produits dès qu’ils concernent l’environnement. Ce que l’on appelle communément la Co toxicologie et pourrait aller vers la toxicologie en ce qui concernent la santé publique », indique le responsable. Selon les statistiques officielles, la consommation de Madagascar en termes de R22 est répertoriée à près de 1 0000 kilos ou 100 métriques en 2022.

Application de la loi

L’amincissement de la couche d’ozone liée à ces SAO a des impacts sur les humains, pour ne citer que les différentes maladies de la peau et le trouble de la photosynthèse auprès des plantes ainsi que l’affaiblissement des micro-organismes vivant dans la mer. Outre le contrôle, la mise en place effective de la réglementation sur les importations et utilisation des SAO ainsi que des équipements qui les contiennent fait partie des efforts déployés. « Après la sensibilisation sur le danger et l’utilisation des produits, nous passons par le contrôle et l’application de la loi », renchérit l’OPJ. Un effort mondial a été néanmoins mené suivant la convention de Vienne et la convention de Montréal, seules quelques substances sont utilisées. « Pour le cas de Madagascar, Le R22 faisant partie des chlorofluorocarbures devrait être éliminé dès 2030. Pour ce faire, les textes régissant ces substances seront renforcés. Pour les importateurs, ils devront obtenir une autorisation spéciale. Dans la mesure où les importateurs essaient de faire entrer ces produits sur le territoire, cette autorisation leur sera retirée ou on s’efforcera de réduire les produits progressivement les produits importés », indique Rivo Rabemananjara, point focal Ozone au niveau du MEDD. La formation des officiers de Police Judiciaire s’est terminée hier. Ils seront désormais opérationnels afin d’assurer leur rôle dans le contrôle de ces produits.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter