Accueil » A la une » Poursuite judiciaire – Ludovic Raveloson arrêté à Analakely
A la une Politique

Poursuite judiciaire – Ludovic Raveloson arrêté à Analakely

L’arrestation  de  l’ancien  député  Ludovic  Raveloson s’est  déroulée  sans  heurt  à  Analakely.

Après sept mois de cavale, l’ancien député de Mahabo a été interpellé à Analakely, hier. Il a fait l’objet d’un avis de recherche depuis le mois de février.

Fin de cavale. S’étant évaporé dans la nature depuis le début du mois de février, Ludovic Raveloson, dit Leva, ancien député de Mahabo, a été appréhendé par des éléments de la gendarmerie nationale, hier, à Analakely.

L’arrestation de l’ancien élu de Mahabo s’est faite en plein embouteillage, aux alentours de 11 heures 45 minutes, selon les informations. Alors qu’ils prenaient en filature le véhicule à bord duquel se trouvait l’individu recherché, les bérets noirs ont profité du bouchon habituel sur l’axe Analakely menant au tunnel d’Ambohidahy, en cette heure de pointe, pour procéder à son arrestation.

L’interpellation de l’ancien député surnommé Leva se serait faite en douceur, selon les explications. Ceci bien que « son épouse qui était dans une voiture juste derrière celle où se trouvait la personne recherchée ait fait une objection », explique une source auprès de la gendarmerie nationale. Candidate suppléante de son époux, Ludovic Raveloson, durant les élections législatives du 27 mai 2019, la dame ayant tenté de contester l’arrestation d’hier, est l’actuelle députée de Mahabo.

Ludovic Raveloson a, en effet, été déclaré démissionnaire d’office de son statut de député, par la Haute cour constitutionnelle (HCC), dans un arrêt rendu le 10 janvier. Son épouse qui lui a succédé à l’Assemblée nationale, justement, a fait l’objet d’une procédure judiciaire, en février. Elle était soupçonnée de complicité dans la cavale de son mari. Son statut de parlementaire lui a, visiblement, sauvé la mise.

Prison ferme

L’avis de recherche contre Ludovic Raveloson découle d’un mandat d’arrêt émis le 7 février. Un acte établit 48 heures après la liberté provisoire qui lui a été accordée par la Cour d’appel de Toliara. Les tourmentes judiciaires de l’ancien élu de Mahabo remontent aux mois de mars et mai 2019. Il a alors, été condamné à cinq ans de prison « ferme », pour abus de fonction, exploitation illicite et transport illicite de produits forestiers, dans l’aire protégée d’AntanimenaMenabe.

Sur un dossier connexe à celui pour lequel il a été condamné, Leva, alors accusé de complicité d’homicide, a bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Depuis son incarcération afin de purger ses cinq ans de prison, Ludovic Raveloson, entre-temps, a été élu député de Mahabo pour un deuxième mandat, et ses proches ont multiplié les demandes et manœuvres pour le libérer.

Après maintes tentatives donc, la Cour d’appel de Toliara a finalement, acquiescé à la demande de liberté provisoire de l’ancien parlementaire, le 5 février. Aussitôt libéré, Leva a immédiatement rejoint Antananarivo. Sa mise en liberté provisoire a, cependant, entrainé des réactions jusqu’aux instances gouvernementales. Aussi, un mandat d’arrêt a été émis à son encontre, 48 heures après sa libération.

Le tollé a même conduit à la suspension de l’ancien président de la Cour d’appel de Toliara. Depuis le jour de sa libération, toutefois, Ludovic Raveloson s’est évaporé dans la nature. Son arrestation, hier, met donc fin à sept mois de cavale. Sept mois durant lesquels, l’ancien parlementaire serait parvenu à se faufiler, à deux reprises, entre les mailles des filets des forces de l’ordre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi