Accueil » Social » Aires protégées – Résilience au changement climatique
Social

Aires protégées – Résilience au changement climatique

Penser à la conservation. Ce terme revient toujours quand on se réfère actuellement à la sauvegarde de l’environnement tant au niveau mondial que national. Les défenseurs de la nature conscientisent les Malgaches à prendre soin, à protéger ce qui reste afin de garantir la survie de la nature. Un récent rapport sur la « vulnérabilité et l’adaptation au changement climatique des aires protégées terrestres de Madagascar » par WWF dévoile que le changement climatique touche soixante-douze aires protégées terrestres sur cent soixante-deux.

La succession de cyclones intenses, de vents violents, de la faible pluviométrie et de sécheresse fait que 53% d’entre ces aires protégées figurent sur la liste du statut « très vulnérable ». Dans les aires protégées, les dangers sont imminents car étant un système fragilisé, les menaces et pressions engendrent la perte de la biodiversité, l’altération et la dégradation de ses habitats, pour ne citer que quelque sept cent cinquante espèces de faune qui disparaissent.

L’enjeu de la lutte contre le changement climatique est énorme dans la mesure où les aires protégées ainsi que l’homme devraient vivre en harmonie en appliquant l’adaptation et l’atténuation pour acquérir plus de résilience. Le Ministère de l’Environnement et du développement durable, à travers ses branches territoriales, renforce déjà ses stratégies de conservation. Les différents gestionnaires de parcs se mobilisent également pour mettre en œuvre le plan de gestion et de développement local.

« Presque vingt ans plus tard, les aires protégées malgaches sont plus que jamais l’infrastructure verte qui fait vivre de nombreuses communautés malgaches, soutenant des pans entiers de l’économie du pays et générant des revenus pour différents secteurs.Des aires protégées plus résilientes au changement climatique renforceront les options d’adaptation pour la faune et la flore mais aussi pour les communautés locales adjacentes. Des forêts bien conservées au sein de ces aires protégées sont autant de puits de carbone pour atténuer les effets du changement climatique », précise Nanie Ratsifandriahamanana, directeur de WWF Madagascar.

Les aires protégées fournissent plusieurs services essentiels aux populations tels que les eaux, l’air, les bois, la nourriture. Elles permettent à différents secteurs socioéconomiques de subsister à savoir l’agriculture, l’élevage, les industries extractives. Or, si l’homme – consciemment ou inconsciemment – participe à la destruction de la biodiversité, il creuse sa propre tombe.

Les Malgaches peuvent encore sauver leur environnement en renforçant la conservation, en réduisant l’intrusion dans les aires protégées, le braconnage, le trafic de ressources naturelles, en restaurant les couloirs forestiers pour faciliter la migration des espèces entre autres. Madagascar es t engagé dans la lutte contre le changement climatique et le pays a finalisé son Plan national d’action sur l’adaptation aux changements climatiques en cours de validation.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi