Social

Réforme de l’éducation : La décision du gouvernement contestée

Les membres de la société civile signataires du Plan sectorielle de l’éducation (PSE) dénoncent la démarche unilatérale du gouvernement sur le changement des grandes lignes du PSE. Ils ont souligné, lors d’un point de presse hier, au siège de l’ONG Rohy Ambatonakanga que l’élaboration de ce plan pour l’éducation a fallu beaucoup de temps avant d’être appliquée. Ce plan ne devait pas être changé avec une décision hâtive du gouvernement. Cette décision va à l’encontre des intérêts de la majorité de la population vivant dans les zones rurales. Elle transgresse le principe de continuité et nuit à la crédibilité de l’État malgache, face aux partenaires techniques et financiers.

La société civile fait appel à un échange et à un débat avec les citoyens pour la réforme de l’éducation. « Ce n’est pas opportun que le gouvernement compte changer le plan sectoriel de l’éducation. Les partenaires financiers ont leur façon de travailler mais ils vont se demander comment continuer ce projet que toutes les organisations ont signées. Nous craignons que les partenaires techniques reculent si plusieurs changements se présentent », affirme Herijaona Andriamoraniaina de l’ONG Rohy. Les partenaires financiers ont déjà endossé le PSE.

Quelques parents et des écoles privées ont opté pour l’ancien calendrier. Il est convenu par le ministère de l’Éducation nationale que la rentrée scolaire aura lieu au mois d’octobre et s’achèvera en juillet au lieu de mars jusqu’en novembre inscrit dans le PSE. L’examen du CEPE est maintenu, ce qui veut dire que les neuf ans d’études ne sont pas effectifs. Les enfants sont pris en otage.

La société civile rappelle les consultations régionales qui ont été effectuées dans le cadre de l’élaboration du PSE. « Ces écoles représentent combien de pourcentage parmi les écoles consultées dans les régions. Nous trouvons que le PSE est la solution pour retenir les élèves à l’école. Alors qu’est ce que nous demandons de plus. Nous savons que 1/3 des élèves de la classe de 10e arrive en classe de 7e . De nombreuses statistiques évoquent l’abandon scolaire. Nous sommes convaincus que le PSE est l’une des solutions qui retiendront les élèves en classe », insiste Hanta Ratiarison, membre de Rohy. Selon une source auprès du ministère de l’Éducation nationale, des consultations dans les régions se feront mais cette décision ne restera pas unilatérale. Et que plusieurs processus doivent être également entamés.