Editorial

Parlamentation

À côté de la plaque. Le pouvoir change mais les députés restent égaux à eux-mêmes. Leur niveau n’a pas beaucoup évolué d’une majorité à l’autre. Autant on a eu beaucoup d’espoir à en juger le premier discours de la présidente Christine Razanamahasoa annonçant que le Législatif va suivre l’Exécutif comme son ombre. C’est loin d’être le cas. Pour son premier passage à Tsimbazaza pour présenter le Programme général de l’État aux députés, le Premier ministre Christian Ntsay a plutôt fait une promenade de santé. Tous les députés l’ont écouté dans un silence de cathédrale mais aucun ne l’a entendu. Les parlementaires ont visiblement confondu présentation de la PGE et face à face députés-gouvernement. Alors que l’exposé du Premier ministre était intéressant à plus d’un titre, aucune question relative à la PGE n’a été posée par les députés. Ils se sont perdus dans les dithyrambes envers le Premier ministre , l’énumération des problèmes de leur circonscription et les demandes en tous genres. Certains ont même demandé à ce que l’on intègre leur proposition dans la PGE comme si c’était encore un brouillon.

Soit l’exposé du Premier ministre était trop clair soit les députés n’y ont rien compris. C’était pourtant l’occasion de décortiquer la PGE qui doit illustrer la décentralisation effective tant prônée. Aucun député n’a soulevé la question de même que le financement des projets annoncés par le Premier ministre. La séance n’aurait du concerner que la PGE. Hélas on a passé six heures à blablater sans aucune remarque sur le sujet du jour. Le Premier ministre a passé l’oral sans la moindre difficulté. C’est un peu logique étant donné que les députés l’ont proposé à son poste et ne pourront pas être son propre bourreau. Il n’aurait pas eu la même facilité s’il était de l’autre bord. Les loups ne se mangent pas entre eux.

Il faut dire également qu’à l’image de la loi de Finances dont les députés n’ont connaissance que la veille du vote, les députés n’ont pas eu le temps de la feuilleter. N’empêche, cela n’aurait pas du les empêcher de poser des questions classiques concernant le financement de la PGE, les promesses présidentielles…

On revivra la même situation lors du face à face entre les ministres du gouvernement et les députés même si Razanamahasoa avait promis que les députés ne ménageront pas les ministres. Peut être que quand le Premier ministre reviendra à Tsimbazaza, on lui demandera un bilan de ce qui a été réalisé dans la PGE.

On en a eu un avant-goût qui s’est avéré barbant alors qu’on aurait du avoir une sacrée passe d’armes si les députés savaient qu’il s’agit bel et bien de l’Assemblée nationale et non de Parlamentation.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter