A la une Social

Consommation : L’Est d’Antananarivo retrouve l’eau potable

Des citernes d’eau immobiles assurent l’approvisionnement permanent en eau à l’Est d’Antananarivo. Il ne s’agit que d’une solution d’appoint.

Des habitants d’Ambohim angakely ont acclamé la distribution permanente d’eau, via des citernes, comme des mannes qui tombent du ciel. « Je remercie Dieu de nous ravitailler en eau potable. Je ne serais plus obligée de descendre jusqu’à la source du quartier toutes les nuits, à 20 heures, et y rester jusqu’à minuit, pour pouvoir remplir nos hui t bidons», crie de joie Clémence Razanadrasoa, mère de famille qui vit à Ambohinitsara Ambohimangakely, hier. Elle transpirait, lorsqu’on l’a vu sur la longue file d’attente des chercheurs d’eau, à cet endroit où une citerne de la Compagnie d’eau et d’électricité (Jirama) est placée en permanence pour assurer l’approvisionnement en eau de la commune. « Personne ne nous a informés de cette distribution. Je rentrais du boulot lorsque j’ai aperçu ces citernes. Je courais aussi vite que j’ai pu pour chercher nos bidons, de peur de rater cette distribution. C’est pour ça que vous me voyez encore tout essouffler ! », enchaine-t-elle.

Cela fait plus d’un an que cette perturbation de l’approvisionnement en eau perdure, dans cette commune du district d’Avaradrano.

D’autres solutions

Comme alternative, les abonnés se regroupent pour payer un véhicule qui transporte de l’eau depuis Androndrakely, d’autres s’approvisionnent au niveau des puits ou des sources d’eau. Le problème s’est étendu dans la zone Est d’Antananarivo. Ereintés, les clients de la Jirama à Andraisoro, à Tsarahonenana, ou à Ankatso, ont tiré la sonnette d’alarme, en manifestant avec leurs bidons jaunes dans la rue. La Jirama s’est vu obliger d’agir et de trouver des solutions, pour pallier les maux qui rongent ses clients, surtout que la période d’étiage ne fait que commencer.

Elle a décidé de placer dix sept citernes immobiles dont dix de la SMTP et sept de Makiplast, d’une capacité de 5 à 10 m3 , dans vingt-six quartiers de la zone Est d’Antananarivo, à savoir, à Ambatomaro ,à Ambohimangakely, à Ambohimahitsy, à Ikianja, à Ambohibe Ilafy, à Andraisoro, à Ampandrianomby, à Antsahameva, ou à Fort Duschesne, pour assurer le ravitaillement continu en eau. Ce dispositif est opérationnel, depuis hier. Quatorze citernes de 10m3 du ministère et de la Jirama devront renforcer le dispositif, ce jour et demain. Sept camions assurent le transport des citernes, chargées depuis la station de Mandroseza. Comme dans les bornes fontaines, les consommateurs paient 50 ariary pour remplir un bidon de 20 litres « pour assurer la gestion et la préservation de l’infrastructure ».

Il ne s’agit que d’une solution temporaire, en attendant le fonctionnement de la station de production d’eau potable à Amoronakona, prévu pour le 10 septembre, au plus tard, selon le ministre de l’Énergie, de l’eau et des hydrocarbures, Vonjy Andriamanga, qui s’est déplacé à Ambohimangakely, hier, pour constater le lancement du projet. Le ravitaillement en eau devrait aussi s’améliorer incessamment, avec les travaux de forage à Ambohidrapeto qui devraient s’achever à la fin de ce mois.