Region

Carrière de sable Ankaraobato : Bras-de-fer entre fokonolona et conducteurs

Ça y est ! Les habitants de Maroala, dans le fokontany d’Amborovy près de la carrière d’Ankaraobato, ont franchi le Rubicon. Ils ont bloqué l’accès des poids lourds ou camions transporteurs de sable, à la carrière de sable d’Ankaraobato, depuis lundi.

Les deux parties, le fokonolona et les chauffeurs, en sont même venues aux mains. Des individus ont lancé des pierres, d’autres ont frappé les camions à coups de bâtons et de cailloux. Des rétroviseurs cassés et un conducteur blessé à la tempe ont été ainsi constatés.

Les habitants refusent et interdisent carrément la circulation de ces gros véhicules sur cette partie de la route afin d’éviter la dégradation des pavés autobloquants. La CNaPS avait pris en charge la réfection de cette voie, l’année dernière, et les riverains sont ainsi jaloux de leur nouvelle infrastructure.

« Nous refusons que ces poids lourds y circulent car ils ne sont pas autorisés à le faire à cause de leur charge utile. De plus, l’environnement se dégrade car de gros trous continuent de se former avec l’exploitation de la carrière de sable », déplore la porte-parole des habitants.

Mardi, la situation a empiré car des membres du fokonolona ont dressé un barrage de troncs d’arbres sur la route. Ils ont même placé une voiture au milieu de la chaussée pour empêcher les poids lourds de passer.

« La région nous a autorisés à extraire du sable sur place ; pour preuve, nous payons une ristourne. Nous ne pouvons pas travailler si l’on nous empêche de pénétrer dans la carrière. De plus, des camions de cinq tonnes peuvent y passer alors que nous ne dépassons pas trois tonnes », explique un chauffeur de camion.

La route vers l’aéroport d’Amborovy a été aussi bloquée, mardi, car le fokonolona a ensuite déplacé le barrage vers l’extérieur. Pour le moment, les responsables locaux n’ont pas réagi à la situation.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter