Accueil » Faits divers » Chèque sans provision – Gros préjudice dans un délit d’escroquerie
Faits divers

Chèque sans provision – Gros préjudice dans un délit d’escroquerie

L’un des suspects a été piégé à Andavamamba.

Deux individus ont été présentés au procureur, hier, à Anosy. Ils sont soupçonnés d’escroquerie et d’émission de chèques sans provision, causant un préjudice de 400 millions d’ariary.

MIS en examen. Deux hommes de 35 et 40 ans ont été traduits au parquet, hier, à Anosy. Ils sont poursuivis pour abus de confiance, escroquerie et émission de chèques sans provision. Le préjudice est estimé à 400 millions d’ariary.

Des quincailleries de la capitale ont été victimes de leurs actes. Ils y ont acheté des matériaux de construction, du ciment et des fers. Au premier achat, ils ont réglé la facture pour gagner la confiance de leur cible. Ils sont revenus pour un second achat mais à crédit, d’une valeur d’une centai ne de millions d’ariary.

« Le quincailler leur livre les marchandises après les commandes. Les présumés escrocs déplacent le chargement dans un autre endroit dès la nuit. Ils donnent ensuite un chèque à leur fournisseur. Celui-ci s’est rendu compte au moment du retrait que le chèque était sans provision », révèle la direction de la police économique qui s’est chargée de l’enquête.

Huit plaintes

Les quidams étaient injoignables au téléphone quand leur victime a essayé de les recontacter. Le local de stockage où ont été déchargés les matériaux, était vide.

Le quadragénaire et son collègue ont changé d’une quincaillerie à d’autres, selon les explications reçues sur leur mode opératoire.

Tous les deux font l’objet de plusieurs plaintes enregistrées à la police nationale. La police économique en a récemment reçu huit.

De fil en aiguille, les enquêteurs ont remonté les traces de deux principaux suspects. Un coup de filet a été organisé mercredi. Un a été arrêté à Ambohijatovo et l’autre à Andavamamba.

« Ils ont été soumis à un interrogatoire au cours duquel ils ont reconnu leur délit d’escroquerie », a confié la police nationale.

Au terme de leur garde-à-vue, ils ont été transférés au parquet dont la citation est attendue, selon les dernières informations recueillies.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter