Economie

Infrastructures – Le projet Tatom cherche des bailleurs

Harimanana Rabe, DGAT auprès du ministère de l’Aménagement du territoire.

Les études techniques menées sur le projet d’extension de l’axe Antananarivo-Toamasina (Tatom) prennent fin. Reste à trouver du financement.

Colossal. Le projet Tatom coûte cher. La mise en place d’infrastructures pour le développement économique des deux agglomérations d’Antananarivo et de Toamasina n’attend plus que les bailleurs de fonds. L’extension du port de Toamasina amène à réaménager la RN 2 et quelques trente-six communes et également à revoir le plan du développement du transport. Les études réalisées par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’habitat et des travaux publics et les experts japonais soulignent que Tatom devrait démarrer cette année pour finir en 2033. Mais, jusqu’ici, aucun financement en vue.
À l’annonce de Yohei Funakoshi, administrateur du programme Tatom auprès de la Jica, à la quatrième réunion du comité local de pilotage sur le transport et l’aménagement de l’axe économique, le montant nécessaire n’est pas des moindres. « La phase 1 sensée s’étaler jusqu’en 2023 inclut entre autres la construction de voie montante sur les sections en pente entre Mora­manga et Brickaville. Le coût est estimé à 200 millions de dollars. L’amé­nagement de l’axe Antananarivo-Moramanga nécessite 75 millions de dollars. Les deux vieux ponts d’Antsapazana et Mangoro sont à réhabiliter», a-t-il décrit. Moramanga, avec l’arrivée du « Textile city » prévue en 2020 a besoin d’un contournement de voie estimé à au moins 15 millions de dollars. Les Japonais proposent l’exploitation des stations routières avec un parking pour au moins 200 véhicules, de magasins et de station service à Andasibe. L’infras­tructure coûtera 5 millions de dollars.

Ticad
La réhabilitation de la voie ferrée longue de 372 km redynamisera les opportunités économiques de cet axe. Seulement, elle coûte quelques 104 milliards de dollars. Le volume de marchandises empruntant le chemin de fer a baissé de 436 000t à 96 000t en 2017. Alors que le coût de transport par voie ferrée est de 17dollars la tonne si 25, 8t en camions. La construction de l’autoroute à quatre voies nécessitera deux milliards de dollars. «Un appel à investisseurs sera bientôt lancé. Plus précisément après la réunion du comité national de pilotage de ce projet. La réunion de ce jour a été basée sur la présentation de la composante 3 du projet c’est-à-dire le développement du plan de développement du transport et d’aménagement de l’axe économique Antana­narivo-Toamasina aux parties prenantes telles les CTD ou encore le secteur privé», rassure le directeur général de l’Aménagement du territoire (DGAT) auprès du ministère concerné, Hari­manana Rabe. « L’important est que nous disposons d’une politique d’aménagement claire avec des indicateurs et des priorités précises », ajoute-t-il. Le projet Tatom sera présenté à la prochaine Ticad 7, la conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique qui se tiendra au Japon les 28, 29 et 30 août prochains.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter