Accueil » Afrique » Guerre en Ukraine – L’Afrique face aux retombées économiques
Afrique

Guerre en Ukraine – L’Afrique face aux retombées économiques

Sur un marché de Nairobi, le 16 mars.

Du Nigeria au Malawi, les pays africains souffrent déjà des retombées économiques de l’invasion russe en Ukraine, entre hausses des prix des produits de première nécessité et de ceux du pétrole. Une aggravation de la pauvreté menace tout le continent.

À plus de 100 dollars le baril, les cours mondiaux de l’or noir ont atteint au début de la guerre leur plus haut niveau depuis dix ans, augmentant significativement les prix du carburant, notamment au Nigeria, où ils ont doublé.

Trois semaines après le début de la guerre, les coûts grimpent et avec eux, l’inqui­étude notamment pour la sécurité alimentaire car l’Ukraine et la Russie sont d’importants fournisseurs de blé et de céréales pour l’Afrique.

Avec les sanctions contre Moscou, le prix des engrais monte en flèche. Une menace pour les récoltes africaines qui risque de faire grimper encore plus le coût des denrées alimentaires.

« La guerre en Ukraine signifie la faim en Afrique », a déploré dimanche la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva.

Pour Julius Adewale, boulanger nigérian, la hausse du prix du carburant est une catastrophe. Comme beaucoup au Nigeria, il dépend des générateurs à essence car le réseau national ne fournit depuis peu que quelques heures d’électricité par jour.

« Il n’y a plus de courant depuis hier et nous tournons au générateur », se lamente Julius dans sa boulangerie à Lagos, capitale économique. « Le coût de production a considérablement augmenté ».

Le Nigeria, premier producteur de pétrole et première économie d’Afrique, doit importer la majorité de son carburant à cause de ses capacités insuffisantes de raffinage, ce qui rend le marché intérieur vulnérable.

Plusieurs compagnies aériennes locales ont récemment annoncé devoir annuler des vols à cause d’une pénurie de carburant. Et le prix à la pompe a plus que doublé pour atteindre 1,60 euro/litre.

Défis considérables

« Je ne sais pas comment on va s’en sortir parce que 70% des industries dépendent du carburant », a souligné à la presse locale Lanre Popoola, président régional de l’Association des industriels du Nigeria (MAN).

La guerre en Ukraine va provoquer différentes conséquences économiques selon les pays africains, explique Amaka Anku, analyste au cabinet de conseil Eurasia Group. Elle évoque d’abord l’inflation pour les importateurs de matières premières ou de pétrole, comme le Nigeria qui en plus subventionne le carburant, creusant un peu plus son déficit.

D’autres comme le Ghana, très endetté, devront faire face à des coûts d’emprunt plus élevés, estime Mme Anku.

Toutefois à plus long terme, des pays producteurs de gaz, comme la Tanzanie ou le Nigeria, ou futurs producteurs, comme le Sénégal, pourraient bénéficier de la baisse des importations européennes de gaz russe, affirme Danielle Resnick, de la Brookings Institution.

« Malgré ces possibilités, à court terme, l’invasion de l’Ukraine pourrait poser des difficultés aux ménages africains, au secteur agricole et à la sécurité alimentaire », insiste-t-elle.

Notamment en Ethiopie, où 20 millions de personnes touchées par la sécheresse et un conflit ont besoin d’aide alimentaire. Le Kenya, troisième économie d’Afrique subsaharienne, importe habituellement un cinquième de ses céréales de Russie et 10% d’Ukraine, selon les chiffres officiels…

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ce que je ne comprends pas; pourquoi Madagascar a voté à UN contre une condamnation de Union Sovietique ??

    Ils n’ont rien a gagné avec ca. Et en plus, en se plains toujours des évènement de 1947; c’est pareil.
    Des fachistes russes, attaquent un pays souverain. Et on les supporte ?D?

    Pour moi, c’est l’incomprehension. Allez voir, demandez de l’aide à la Russie, au prochaine cyclone, à la prochaine secheresse: ils vont vous envoyez des mitraillettes pour la faim.