Accueil » Faits divers » Vohipeno – Le fils d’un pasteur violé par une folle furieuse
Faits divers

Vohipeno – Le fils d’un pasteur violé par une folle furieuse

La quadragénaire a été libérée après son audition au parquet de Manakara.

Fait-divers sordide à Andemaka Vohipeno. En plein jour, un enfant de bas âge, fils d’un pasteur de l’église de Jésus Christ à Madagascar (FJKM), a été violé dans son foyer familial. L’auteure est une femme d’une quarantaine d’années, signalée comme étant en état de démence par sa famille.

Traduite lundi devant le parquet près le tribunal de première instance à Manakara, la femme a été libérée sous prétexte d’être une déséquilibrée mentale. La peur reste néanmoins après la libération de cette dernière : bien qu’étant une déséquilibrée mentale, elle constitue un danger pour le public, en l’occurrence pour les enfants, car il n’en demeure pas moins qu’elle est une prédatrice sexuelle, lâchée à l’air libre, susceptible de faire d’autres victimes.

Dans cette affaire, ni sa famille ni la commune rurale d’Andemanaka ne sont inquiétées et leur part de responsabilités respectives n’est pas évoquée. Après l’acte désolant, elle a été relâchée dans la société mine de rien, sans qu’une quelconque mesure soit appliquée.

Le viol a été perpétré jeudi en fin de matinée. Aux alentours de 11h30, après avoir écoulé les tas de piment qu’elle vendait sur un étal, devant la maison du pasteur, la femme incriminée a fait irruption chez l’homme d’église pour se déchaîner sur le gamin de quatre ans qui s’y trouvait seul, sa maman étant sortie dans la cour. Usant de violences, l’auteure s’est déshabillée, a enlevé les vêtements du garçonnet puis s’est étendue sur lui en l’empêchant de crier. Témoin de ces scènes de désolation en revenant de l’école, la grande sœur de onze ans du petit garçon a tant bien que mal essayé de l’aider mais en vain. Il a fallu qu’elle pousse des appels au secours pour que leur mère vienne enfin à la rescousse.

Au moment des faits, le pasteur était parti à Tana pour une formation lorsque cette tragédie a mis en lambeaux sa famille. L’enfant a été envoyé au centre hospitalier de Vohipeno où un médecin a dressé une conclusion adressée au tribunal. Avant le passage au parquet, un carnet de consultation attestant que l’auteure du viol serait en état de démence a été joint au dossier et sans surprise, celle ci a été relâchée.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi