Economie

Transport aérien – Les petits aéroports renaissent de leurs cendres

Insuffisant ou quasi inexistant. Le trafic aérien sur la plupart des aérodromes secondaires de Madagascar représentent un frein au développement. L’Adema sous la tutelle du ministère du Transport, du tourisme et de la météorologie envisage la remise aux normes des aéroports du pays à l’image d’Ivato et de Fascène. Raison pour laquelle ces derniers ont procédé hier, à la signature de contrat de gestion sur huit aérodromes qui ont trouvé preneurs.

Ainsi, l’aéroport d’Antalaha, Vohemar, Mananara, Analalava, Antsirabe, Manakara, Maintirano et Morombe seront désormais gérés par des opérateurs privés comme Filatex, Floribis ou encore Harold Aéroport. « Ces derniers s’occuperont exclusivement du système de gestion mais ça sera encore Adema qui s’occupera des investissements et du financement », explique Léon Bernard Rakotohavana, directeur de développement commercial et du partenariat de l’Adema. L’Adema instaurera un système de perception à hauteur de mille huit cent ariary par billet.