Accueil » Social » SANTÉ – Les ruraux ont soif de soins de proximité
Social

SANTÉ – Les ruraux ont soif de soins de proximité

Près de cinq cents personnes ont bénéficié de soins gratuits.

Des services de santé ont été ramenés au centre de santé de base de la commune rurale d’Ambohimalaza, hier. Des habitants se sont rués sur ces offres de soins. gratuits.

À la recherche de guérison. Des malades sont venus de loin pour bénéficier de plusieurs offres de soins gratuits, lors de l’événement « soins de proximité » dans la commune rurale d’Ambohimalaza Miray, hier. Véronique a marché plus d’une heure, avec une visibilité réduite, pour rejoindre le centre de santé de base (CSB) où se déroulait cet événement. Son œil gauche ne voit plus depuis quelques années.

« J’espère bénéficier ici de médicaments pour retrouver la vue. Je devais aller en ville pour soigner cet œil, mais je n’ai pas les moyens. » lance cette quinquagénaire. À quelques mètres d’elle, Clarisse et sa fille de 14 ans sortent du chapiteau de consultation, soulagées. « Ma fille fait des crises de convulsion depuis son jeune âge. Jusqu’à l’âge de 5 ans, ces crises étaient fréquentes. Cela s’est arrêté à 5 ans. Puis cela a repris à partir de ses 10 ans. Pas plus tard qu’hier, elle a fait une nouvelle crise, qui a duré quelques minutes.

Je ne connais pas cette maladie car je n’ai jamais consulté de médecins spécialistes. Ce n’est que maintenant qu’elle va commencer les traitements », témoigne la mère de famille. Dans cette foule, de nombreuses femmes enceintes sont venues effectuer une échographie. « On n’est plus obligé d’aller en ville pour faire l’échographie, car il y en a déjà une au CSB II. », s’est réjouite Fenosoa, une jeune femme qui est à six mois de grossesse.

Un CHRD

Les habitants d’Ambohi­malaza se sont rués sur ces offres de soins gratuits. Les uns sont venus pour des consultations, d’autres pour dépister le diabète, l’hypertension artérielle, les mala­dies oto-rhino-laryngologistes (ORL), ou encore pour des extractions dentaires ou une échographie. Toutes ces activités ont pu être réalisées grâce à l’appui du ministère de la Santé publique, et des partenaires comme la commune rurale d’Ambohima­laza, Ny Andriana Christian Razafindravah, dirigeant de la caste des Andriantompoko­indrindra, l’association des natifs d’Ambohimalaza, entre autres.

« Beaucoup n’ont pas les moyens de consulter un médecin spécialiste. Un événement de ce genre rapproche la population des services de santé. », indique le docteur Hasimboahangy Ranoarison, médecin chef du CSB II Ambohimalaza. Pour rappro­cher les soins de la population rurale, le ministère de la Santé publique a ouvert un centre hospitalier de référence du district (CHRD) à Ambohi­man­­gakely. Malheureuse­ment, les spécialités, dans ce CHRD sont encore limitées.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter