Accueil » Faits divers » IMERINKIASININA – Une greffière et un inspecteur des impôts tués
Faits divers

IMERINKIASININA – Une greffière et un inspecteur des impôts tués

Le village d’Imerinkiasinina où a eu lieu le drame.

Un chinois et un policier stagiaire ont été arrêtés pour le meurtre d’une greffière et un inspecteur des impôts survenu lundi, entre Imerinkiasinina et Ambohimalaza. Enquête.

Crime sordide. Une greffière et un inspecteur des impôts ont été tués par balles, lundi, peu avant 18h, à Ambohimahatsinjo, entre Imerinkiasinina et Ambohi­malaza. La gendarmerie, la police et les corps auxquels appartiennent les victimes ont avoué à demi-mot, car l’affaire semble très compromettante. Les présumés auteurs de l’acte, un ressortissant chinois et son garde du corps,un policier stagiaire, ont été interpellés et mis en garde à vue.

Quatre autres personnes seraient également enquêtées. Des sources avisées racontent que les victimes, à bord d’une Hyundai Galloper, se sont arrêtées à Ambohimahatsinjo ce jour-là. « Deux hommes les ont vus là-bas et ont tiré sur eux. Après avoir fait feu, les quidams ont pris la fuite à pied tout en menaçant ce qu’ils croisent avec leur arme . L’inspecteur a reçu deux balles dans la poitrine, mais a encore pu conduire. Un peu plus loin, il a perdu le contrôle et a roulé à tombeau ouvert.

Il a fini par percuter de plein fouet le mur d’une usine», décrivent-elles. « Le véhicule a subi d’importants dégâts. L’inspecteur est décédé en cours d’évacuation, tandis que la greffière a rendu son dernier souffle en arrivant à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona», enchaînent-elles.

Inadmissible

Alertés, des gendarmes ont débarqué sur les lieux. Un témoin raconte que les fuyards se sont dirigés vers Ambohimalaza. L’un d’eux portait une chemise blanche et un jean bleu. Lors du ratissage, l’équipe d’intervention a capturé le tireur, le policier novice, dans les parages. Il n’avait plus son arme sur lui. Par contre, il aurait montré l’endroit buissonneux où il l’a abandonnée. Découvert, le pistolet est un PATT de neuf millimètres.

Il s’agit bien d’une dotation de la police nationale. Son détenteur, le stagiaire, travaille à Ambatofinandrahana. Il était en congé car sa femme se préparerait à l’accouchement.« La police nationale ne le protège pas dans cette situation. Le fait seulement de porter une arme de guerre en congé est inadmissible. Il risquera gros », prévient un supérieur auprès du ministère de la Sécurité Publique. Quant au Chinois, il aurait tenté de fuir le pays, hier. « À l’aéroport, il a envoyé une autre personne à sa place pour subir les formalités. Informée à l’avance de son plan, la police a fait semblant de laisser aller. Puis, elle l’a appréhendé lorsqu’il a surgi à l’embarquement», affirme-t-on.

Le mobile du crime reste encore autour des supputations. « Le Chinois a été démasqué avec sa fausse déclaration par l’inspecteur des impôts. L’affaire a été passée au tribunal et la greffière s’est chargée du dossier. Il a été placé sous mandat de dépôt. Il est sorti de prison, lundi, lorsqu’il a bénéficié d’une liberté provisoire. Et le meurtre a eu lieu en début de soirée », renseignent nos sources. À suivre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter