Accueil » Editorial » Espèce rare
Editorial

Espèce rare

Le pays et le sport viennent de perdre un dirigeant hors pair, un leader sans pareil. Avec le décès de Roger Henri, ancien président du Comité olympique malgache et de la fédération malgache d’athlétisme, disparaît également une espèce rare de dirigeant. Roger Henri était unique et il n’a même pas laissé de clone. Le Comité olympique et l’athlétisme ont retrouvé ses lettres de noblesse sous sa férule après plusieurs années de traversée du désert lors des années socialistes qui ont succédé un âge d’or dont Roger Henri était un acteur combinant le basketball et l’athlétisme. Sans avoir pu atteindre le niveau des années Ravelomanantsoa, l’athlétisme avait tutoyé sommets pendant les années 90-2000 avant de dégringoler au point de perdre sa seule piste en tartan en 32 ans.

Les athlètes comme Hubert Rakotombelontsoa, Toussaint Rabenala, Lalao Robine Ravaonirina, Hanitra Rakotondrabe, Jonary Aurélie, Nicole Ramalalanirina, Ony Paule Ratsimbazafy, Rosa Rakotozafy, Berlioz Andriamihaja, Monica Rahanitranirina, Clarisse Rasoarizay, Haja Ramananjatovo, Alain Razahasoa, Victor Razafindrakoto, Jean de La Croix Mahatana… ont dominé le niveau régional, continental voire international. Les athlètes ont participé aux Jeux olympiques de Barcelone 92, Atlanta 96, Sydney 2000, Athènes 2004 en étant qualifiés. Sans parler des championnats du monde. Après le départ de Roger Henri, le déclin s’est amorcé à tel point qu’aux Jeux de Rio de Janeiro en 2016 puis de Tokyo 2021, aucun athlète n’a plus réussi à atteindre le minima et se qualifier. C’est faux de dire que tout s’est fait grâce à lui seul.

Il avait une bonne équipe, un bon secrétaire général aussi bien au Com qu’à la FMA. Mais Roger Henri, leader naturel au charisme inné imprimait le tempo et tout le monde suivait refrain. Des idées, de la transparence, du travail, de l’honnêteté voilà quelques ingrédients de la réussite de Roger Henri. Des qualités qui le suivront dans l’au-delà puisqu’il n’a pas laissé de testament à ses successeurs et collègues. L’athlétisme en particulier et le sport en général courent derrière un dirigeant de la trempe de Roger Henri.

Hélas on ne peut même pas passer une annonce de recrutement. Tout simplement parce que l’espèce a disparu depuis qu’il a pris sa retraite. Il ne reste que des opportunistes et des mercantiles font du sport leur fonds de commerce au détriment des athlètes. Merci président.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter