Accueil » Sport » DISPARITION DE ROGER HENRI – Les sportifs rendent hommage à un grand Homme
Sport

DISPARITION DE ROGER HENRI – Les sportifs rendent hommage à un grand Homme

Roger Henri (au milieu) avec des athlètes olympiens.

Le monde du sport malgache pleure la disparition d’un grand homme, promoteur du sport dans les années 80 et 90, Roger Henri. Les sportifs sont reconnaissants de ce qu’il a fait.

Coup de tonnerre. Le monde du sport malgache a été profondément touché par la disparition du grand homme du sport des années 80 et 90, Roger Henri. Cet ancien président du comité national de coordination, puis de la Fédération malgache d’athlétisme et du comité olympique malgache, s’est éteint lundi.

Ce dirigeant modèle a beaucoup fait dans la promotion et le développement du sport en général, et de l’athlétisme en particulier. «Sa droiture et son intégrité dans ses actions ont engendré dans le sport et le mouvement olympique une crédibilité nationale, autant qu’internationale, sans pareil. En 1991, cinq fédérations nationales se sont rassemblées, comme stipule la charte olympique, déclenchant une révolution dans le mouvement olympique malgache. Et osons le dire, le début d’une nouvelle ère du sport malgache performant» rappelle Serge Ramiandrasoa, ancien président de la Fédération malgache de tennis et secrétaire général du COM (1996-2000).

Les dirigeants sportifs de l’époque ont beaucoup appris de ce dirigeant sans égal. «C’est un grand homme du sport qui a ramené Madagascar dans le mouvement olympique. Il a facilité la participation malgache en compétitions internationales, dont les Jeux olympiques… Il était le moteur de l’organisation des Jeux des Iles. C’était quelqu’un d’honnête dans ses positions sportives. Il avait le sens de la diplomatie» confirme Tiana Raoelina Andriam- bololona, ancien président de la Fédération de natation, du comité olympique malgache et actuel président de l’association triathlon Madagascar.

Reconnaissants

Les athlètes ont été, ces années-là, bien encadrés et soutenus. «J’ai pu réaliser mes performances lorsqu’il était à la tête de la Fédération, presque toute ma carrière sportive. Honnêtement, j’ai pu réussir ainsi grâce à lui. À titre personnel, je suis redevable, sportivement parlant» reconnaît Toussaint Rabenala, triple champion d’Afrique (1990, 92, 93) et double médaillé d’or des Jeux de la francophonie (Casablanca 1989, Antananarivo 1997) et aussi porte-fanion du pays aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992».

L’athlétisme a connu ses meilleurs succès quand il était le président de la Fédération, aux côtés de son secrétaire général Christian Razafimahefa, son successeur à la présidence…Bref, il misait sur le professionnalisme, la discipline, le sérieux et la bonne gouvernance» souligne le recordman africain du saut en longueur et du triple saut. La sprinteuse Hanitra Rakotondrabe précise : «C’était une personne très droite et perfectionniste.

Nous avons vécu la réussite à son époque. Il trouvait des solutions à tout problème, surtout concernant nos sorties internationales, car il était par ailleurs le directeur général de la compagnie Air Madagascar». Les athlètes et les dirigeants de son époque se disent tous reconnaissants de ce qu’il a fait au sport et aux sportifs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter