Accueil » Faits divers » Marovoay – Douze présumés malfaiteurs abattus
Faits divers

Marovoay – Douze présumés malfaiteurs abattus

Vendredi vers 23h, douze présumés malfaiteurs, sont tombés sous les balles des forces de l’ordre, dans la commune de Manaratsandry Marovoay. Enquête en cours.

Du bruit dans Landernau. Douze présumés bandits ont été tués par balle lors d’une tentative de fuite, vendredi vers 23 heures, un peu plus loin de Manaratsandry, dans le district de Marovoay. L’insécurité connaît à nouveau une recrudescence ces derniers mois à Ambatolafia, une zone reculée de la commune d’Ankaraobato. Une carrière locale a souvent été attaquée. Récemment, un opérateur a été volé et assassiné. Des militaires sont alors venus à la rescousse des habitants. Le portable du défunt a été saisi sur l’un de douze suspects. Ceux-

ci ont été capturés. Bouillant de colère, le fokonolona a cherché à les massacrer sur le champ. Six éléments des forces de l’ordre présents sur place les ont alors soustraits à cette tentative de vindicte populaire. Ils les ont évacués de la commune d’Ankaraobato et emmenés à Manaratsandry sans les menotter. En cours de route, ces civils ont profité de l’obscurité pour s’évanouir dans la nature. Ils auraient ignoré les sommations faites. Du coup, l’équipe a été obligée de se servir de ses armes pour les stopper. Criblés par les projectiles, aucun d’eux n’a survécu. La nouvelle a suscité tant de réactions, dont certains commentaires négatifs vis-à-vis de l’opération des forces de l’ordre.

Une enquête a été diligentée. Le député de Marovoay, Georges Rakotondravao, affirme son soutien aux militaires qui ont restauré la sécurité dans les milieux enclavés. «Ces douze personnes tuées étaient des dahalo. Ils venaient de quatre communes différentes, très loin les unes des autres. Ils n’ont jamais été des poursuivants de bœufs volés, comme certains l’ont véhiculé », souligne-t-il. Un habitant a reconnu les activités de son fils qui figurait parmi les douze supposés malfaiteurs. « Je l’avais toujours corrigé, mais il manquait de respect. Voilà ce qui lui est finalement arrivé. Je l’enterrerai sans funérailles, même contre l’avis de sa mère», a-t-il confié.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter