Faits divers

Tsaratanàna – Trois hommes abattus, deux fusils saisis

Une opération conduite par la police et l’armée a viré en fusillade meurtrière à Tsaratanàna. Trois membres d’un gang ont péri dans un déluge de feu.

Des coups de feu ont résonné à la sortie de la ville de Tsaratanàna avant-hier, à des heures tardives de la nuit. Trois individus recherchés sont tombés sous les balles de l’unité ZRPS DELTA Boa 1 de l’armée, lors d’une intervention effectuée aux côtés de la police nationale. Deux armes à feu ont été retrouvées sur la bande mise hors d’état de nuire, dont un fusil de chasse et une arme de fabrication artisanale.

L’un des individus abattus est tristement connu par les forces de défense et de sécurité du district de Tsaratanàna. Il serait impliqué dans l’enlèvement d’un fonctionnaire du ministère de l’Éducation nationale qui a assuré la fonction de chef de Zone d’Activités Pédago­giques (ZAP). Le quidam serait, également, incriminé dans le kidnapping d’un membre de la famille d’un opérateur économique, outre de nombreux cas de vols de bétail.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la police, travaillant de concert avec le ZRPS DELTA Boa 1, a obtenu des renseignements émanant d’informateurs civils leur indiquant qu’une escouade de bandits de grand-chemin se terrait un peu en retrait de la ville et s’apprêtait à sévir.

Les hommes du commissariat de Tsaratanàna ainsi que les éléments d’intervention de l’armée se sont mis sur les traces du gang armé aux alentours de 21 heures.

Embuscade

Sans tarder, ils se sont rendus à Ambaniavaratra Tsaratanàna, le repère indiqué, où les membres de l’association de malfaiteurs neutralisée se seraient donné rendez-vous pour tenir une réunion secrète et préparer un coup. Entre-temps, une star de la musique tropicale donnait un spectacle en ville.

Vers 22 heures, les balles ont sifflé aux oreilles lorsque les forces de police et l’armée ont encerclé la cachette de la bande. D’après les informations communiquées, les bandits embusqués et prêts à en découdre, ont accueilli les policiers ainsi que les militaires dans un déluge de feu. En répliquant avec leurs armes de guerre, ces derniers ont donné du fil à retordre à la bande et le bilan final fait état de trois morts dans les rangs de la bande.

Aucun mort ni blessé n’a été, en revanche, signalé du côté de la police nationale et de l’armée. Les fusils arrachés aux individus abattus ont été laissés aux bons soins du commissariat de police à Tsaralalàna pour la poursuite des enquêtes.