Economie

Monnaie – Les réformes à la Banque centrale se poursuivent

Le maintien de la stabilité de la monnaie nationale est attendu du nouveau Gouverneur de la Banque centrale, qui a prêté serment, hier, à la Cour suprême.

Réformes financées à travers la FEC. Henri Rabarijohn, nouveau Gouverneur de la Banque centrale s’est immédiatement prononcé, hier, par rapport à l’avenir des réformes dans l’institution qu’il dirige désormais. À l’issue de sa prestation de serment hier à la Cour suprême en présence du Président Andry Rajoelina, Henri Rabarijohn priorise l’esprit de continuité. « Les réformes de la politique monétaire sont appelées à se maintenir et à se poursuivre », a-t-il dit. Les réformes structurelles à la Banque centrale qui concernent la refonte des législations en matière bancaire et financière, mais surtout monétaire, sont engagées depuis que la récente tranche du financement via la Facilité Élargie de Crédit du FMI a été accordée. « Le financement reçu du FEC est destiné à la Banque centrale », a martelé, maintes fois, Alain Hervé Rasolofondraibe , Gouver­neur à l’époque.

« La délégation du Fonds Monétaire International est à Madagascar depuis une semaine, les pourparlers et les échanges ont lieu », a rassuré Henri Rabarijohn. La réforme du cadre de la politique monétaire, jusque-là entamée, cible les taux d’intérêts auprès de la Banque centrale. Les banques primaires empruntent à la Banque centrale avec un taux d’intérêt de 5,3 % et en cas de dépôt, un taux de 0,9 % est appliqué. Ces nouveaux taux résultent de la dernière décision applicable depuis le début de ce mois du Comité de Politique Monétaire auprès de la Banque centrale, et cela, en vue de moderniser le cadre opérationnel de la politique monétaire.

Réserves d’or

« Concernant l’or, l’exploitation requiert un processus transparent. Les stocks d’or permettent un renforcement des réserves d’or si seulement le circuit est sécurisé », a affirmé Henri Rabarijohn. Cette réaction intervient à l’issue de l’affirmation du Président Andry Rajoelina par rapport « à l’anormalité de la situation en réserves en or alors que Madagascar regorge de plusieurs quantités d’or exploitables ». Selon toujours le Président de la République, « Il faut des réserves d’or à la Banque Centrale. Ce qui va stabiliser notre monnaie nationale. Par exemple, aucune mine d’or ne se trouve à Maurice, mais ce pays a des réserves en or. Plusieurs pays connaissent la même situation.

Le maintien de la stabilité de la monnaie et non sa dévaluation est attendu du nouveau Gouverneur ». À l’occasion de la cérémonie solennelle de prestation de serment d’Henri Rabarijohn, les corps constitués ont été représentés et des figures de la banque BNI Madagascar dont le nouveau gouverneur a été président du conseil d’administration, ont été remarquées. À la suite de sa nomination, le nouveau Gouverneur de la Banque centrale prête serment tel que l’indique la loi portant sur le statut de cette institution autonome.