Chronique

Habitudes gastronomiques – Y a bon ! et le petit-déjeuner en Afrique

Une poudre au chocolat et à la banane avait choisi comme image celle d’un tirailleur sénégalais qui prend son petit-déjeuner et prononce en petit nègre les trois mots du titre. Exotique, certes, sauf que du Nord au Sud de l’Afrique, un petit-déjeuner qui se respecte n’a rien à voir avec une tasse de chocolat. À Madagascar, même les tireurs de pousse-pousse de Toamasina commencent la journée, quand les moyens sont là, par une soupe chinoise. Parlons aussi du vary amin’anana, ou du simple riz à l’eau qui sont de loin préférés à ce que vantait le tirailleur de service.

En Afrique de l’Est, un équivalent du porridge anglais est préparé avec du mil ou du sorgho. Le goût est bien meilleur, tout chauvinisme mis à part. Un éclectisme y a, néanmoins, cours entre plats européens et africains, sauf en cas d’interdits culturels. C’est ainsi que pour les Kikuyu du Kenya, le poisson est assimilé au serpent et interdit, contrairement à leurs compatriotes Luo dont certains vivent uniquement du produit de leur pêche. Le métissage alimentaire se constate aussi dans la consommation de thé bouilli au lait et aux épices à la mode hindou.

Un régal

Le riz est bien installé dans les habitudes africaines, là où ne se consommaient que des pâtes dites foufous à base de maïs, de taro, d’igname, de mil, ou de banane. Le manioc macéré pendant quelques jours dans la boue avant d’être lavé et cuit serait un régal. Comme quoi le bononoka n’est pas une exclusivité de l’Imamo ou du Mandrindrano, cette étrange préparation africaine étant originaire du Cameroun.

De mes années sénégalaises, enfin, j’ai surtout retenu le tiebou diene, un plat fait de riz très gras accompagné de légumes, de piment, de viande de poulet ou de mouton. Il se déguste avec la main collectivement dans une cuvette, et, il arrive que la graisse dégouline jusqu’au coude. Si vous êtes l’invité et que la maitresse de maison repère un excellent morceau, elle le prend avec les doigts et le place devant vous dans la cuvette. Il vous revient alors d’honorer cette délicate attention. Succulent !

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter