Sport

Football – CAN : Dupuis veut priver de ballon les Éthiopiens

Le sélectionneur des Barea évoque les clés du match contre l’Éthiopie. Il pourrait éventuellement changer d’organisation, pour cette rencontre.

Les Éthiopiens jouent bien. Ils ont pratiquement le même profil que nous. Ce ne sera pas facile. Il nous faudra avoir le ballon. La possession sera la clé , d’après Nicolas Dupuis, hier, à la veille du début des éliminatoires de la CAN 2021.

Le mot d’ordre est clair pour la rencontre avec l’Éthio­pie, ce samedi à 16h au stade de Mahamasina. Afin de s’assurer de dominer les Antilopes, les Barea doivent avant tout gagner la bataille du milieu de terrain.

Pour ce faire, le technicien français doit trouver une solution par rapport à l’absence d’une pièce maîtresse, en l’occurrence Marco. Pour rappel, le joueur du SC Charleroi formait le trio de l’entrejeu avec Abel Anicet et Amada, dans la formation en 4-3-3 utilisée en Égypte. Mais il est victime d’une pubalgie et ratera les deux premières journées de ces qualifications de la CAN.

« On a essayé plusieurs possibilités dernièrement durant les entrainements. Soit on le remplace par Rayan ou Dimitri. Là, ce sera du poste pour poste. Soit on change complètement l’organisation pour évoluer avec deux sentinelles », a soufflé le sélectionneur des Barea.

Pour cette deuxième éventualité, Abel Anicet et Amada formeront donc un duo de récupérateurs, dans une formation en 4-2-3-1.

Montrer du beau jeu

En poursuivant sur cette projection, Dupuis pourrait ainsi placer Njiva en tant que milieu offensif axial.
Concernant le poste d’attaquant, il a laissé planer le doute sur la présence de Faneva dans le onze de départ ou sur la titularisation d’un autre avant-centre en pointe: « On verra selon l’état de forme de chacun. À propos de Faneva aussi, il pourrait débuter s’il est en forme ».

Plusieurs choix s’offrent au sélectionneur des Barea. Mais peu importe le système pour lequel il va opter, l’objectif restera le même à Mahamasina. « On se sent mieux avec une formule précise, que je garde pour moi seul pour l’instant », a-t-il ajouté, avant d’évoquer les prévisions météorologiques : « On est inquiet à ce propos. Il a plu avant-hier et on n’a pu s’entrainer qu’une demi-heure. Au-delà de la pluie, il y avait beaucoup de nuages. Il n’y avait pas d’éclairage. On ne voyait rien. Le terrain est très sec, très compact, et l’eau ne traverse pas. C’était impossible de jouer au football ».