Régions

Antsirabe – Campagne électorale morose

Contrairement à la période de pré-campagne, l’ambiance de la campagne dans la Ville d’Eaux est un peu morose. Aucune grande activité comme on en a l’habitude d’assister n’est organisée depuis l’ouverture officielle de la campagne. Les six prétendants à la mairie d’Antsirabe se focalisent tous sur des descentes et des rencontres dans les fokontany et auprès des associations en annonçant comme raison de leurs visites, l’identification des besoins des habitants.

Si certains candidats optent pour la persuasion des électeurs en leur expliquant leurs projets de développement et les qualités socioprofessionnelles de leurs équipes sans distribution de goodies, d’autres utilisent encore la tactique de don de matériel et de construction d’infrastructures pour séduire les électeurs. Outre les tam-tams et animations mobiles, des candidats à la mairie et au conseil municipal d’Antsirabe utilisent également le porte-à-porte pour convaincre les habitants qui sont assoiffés de changement et de refondation, en ce qui concerne l’état actuel de la capitale de la région Vakinankaratra.

Malgré les efforts menés par quelques candidats pour le respect des textes régissant la campagne électorale, des bavures et des excès sont quand même remarqués dans le comportement et les stratégies appliqués par certains partisans de candidats. Des personnes malveillantes trouvent aussi du plaisir à déchirer les affiches des candidats concurrents, alors que pas mal de tableaux d’affichage restent encore vides.

Aucune plainte sur des infractions dans cette campagne électoraale n’est pourtant déposée auprès de la Commission électorale de district (CED) ni l’Organe de vérification et d’enregistrement des candidatures (OVEC) d’Antsirabe I jusqu’à hier.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter