Régions

Maroala : Un profond abîme menace les maisons

Alerte de nouveau à la carrière de sable de Maroala, à Amborovy. Le chef de la région Boeny par intérim, Clavelah Vanombe Bazezy, et la députée élue dans le district de Mahajanga 1, Lalao Rahantanirina, ont effectué une descente sur place jeudi matin, pour constater les dégâts environnementaux. Les habitants et riverains de cette fosse sont divisés. Un sérieux problème social se pose dans le fokontany.

D’un côté, les victimes déplorent le grand abîme qui se forme autour de leurs habitations, d’une profondeur de plus de 10 m et d’une largeur de plus de 500 m actuellement. « Nous craignons pour nos maisons et nos vies. Le trou va les engloutir. La nuit, nous craignons de tomber dans des trous béants surtout en cette période de pluies. Nos enfants courent un grave danger quand ils vont jouer dans la cour ou aller à l’école. Nous demandons l’arrêt des activités dans cette carrière », implore une mère de famille.

De l’autre côté, ils gagnent de l’argent facile car ils sont gagnants dans l’exploitation de la carrière.
Les habitants ont déjà averti les autorités, il y a deux ans, sur les risques d’un éventuel effondrement autour de cette dangereuse carrière, qui ne cesse de s’élargir de jour en jour. Mais aujourd’hui, les dégâts s’amplifient.
Le chef de la région p.i a été ferme. « Vous pouvez consulter auprès de la Gendarmerie nationale, le fokontany et le propriétaire de la carrière les doubles des autorisations pour les camions qui peuvent exploiter sur place. Autrement, ce sont des exploitants illicites », explique Clavelah Bazezy.

La députée a, ainsi, convoqué les autorités concernées pour une réunion d’urgence afin de résoudre ce grave problème. Les habitants proposent de déplacer la carrière ailleurs.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter