Faits divers

Accident à Analakely – Coma et jambe cassée de deux motocyclistes

Un motocycliste était dans le coma et sa passagère a eu une jambe brisée. Ils ont été percutés par une jeep, dans une intersection à Analakely, hier à 13h 15.

Violent heurt, hier à 13h15, dans un croisement sur l’avenue de l’Indépendance, à Analakely. Deux Indiens, en double montée sur une moto de marque Lifan, en étaient victimes. Sur le moment, le pilote, âgé de 44 ans est plongé dans le coma, tandis que sa passagère de 42 ans s’est gravement fracturée la jambe droite.

« Ces motocyclistes venant de Soarano se dirigeaient vers Le Glacier. La voiture, quant à elle, depuis Tsaralalàna, roulait en direction du premier Arrondissement », précise le service de l’information de la police. Ils se sont alors télescopés avec le tout-terrain dans le croisement où un agent de la circulation devrait être là, comme tous les jours.

Percutés de plein fouet, les quadragénaires ont été projetés sur la chaussée. À terre, la femme a gémi à cause de sa jambe broyée. Elle n’a pas pu bouger. À son côté, se trouvait son conducteur gitant au sol et inconscient. Celui-ci a été touché à la tête et à l’avant-bras.

Sitôt alertés, les sapeurs-pompiers de Tsaralalàna ont dépêché une équipe d’assistance, composée de quatre hommes, dans un véhicule de secours.

Priorité

Les sauveteurs ont fait monter à bord les victimes à l’aide d’un brancard, avant de rallier rapidement l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), à Ampefiloha. Ils y sont restés pendant quelques heures, dans l’après-midi, avant de pouvoir récupérer leur attelle posée aux premiers secours, selon le lieutenant Yves Helory Ralimbison, responsable de la communication des pompiers.

Le non-respect de la priorité serait à l’origine du drame, suivant les témoignages glanés. « Le passage, pour cet embranchement, doit, en effet, être cédé à celui en provenance de Soarano, mais cela dépend également des indications et gestes du policier visible sur place », explique un taximan venu observer les dégâts de cette collision.

Après le constat, le chauffeur de la Jeep a été amené à la brigade des accidents (BAC) auprès du commissariat central pour être verbalisé. Son identité a été enregistrée, tandis qu’aucun placement en garde-à-vue n’a encore été confirmé.

Les témoignages recueillis ont révélé que les blessés n’ont pas mis leur casque au moment des faits.