TENNIS - Mirija Andriantefihasina s’adjuge la médaille de bronze


Une clôture en beauté. Un nom malgache retentit parmi les trois noms qui se sont hissés haut durant le championnat d’Afrique de la catégorie U14 qui s’est tenu à Harare, Zimbabwe, du 11 au 16 septembre au Royal tennis Club de Mohammedia, Casablanca à Maroc. Mirija Andriantefihasina, un jeune joueur de tennis malgache de la catégorie U14 a pu monter sur la troisième marche du podium en remportant la médaille de bronze hier. Il a battu le jeune Tunisien Nsairi Skander en deux manches 4/0 4/0 dans un match totalement maitrisé par le jeune malgache qui veut écrire son nom dans un beau palmarès africain. Même s’il n’a pas gagné la médaille d’or ni l’argent, son beau parcours mérite un coup de chapeau digne d’un respect et d’une reconnaissance. Seul au monde pour affronter d’autres joueurs du continent, il a pu défendre la couleur malgache avec dignité et combativité sans pareille. Par rapport à son adversaire qui a été classé numéro 5 africain, Mirija Andriantefi­hasina a bien débuté le match et cela n'a pas mis son adversaire en confiance. Il a continué à évoluer à un bon niveau, ce qui n'a pas permis à son adversaire de rentrer dans le match en cumulant des réussites en réussites. Dépassé par la combativité et la bonne maîtrise du jeune malgache, le jeune Tunisien ne peut que subir de tous les assauts orchestrés par Mirija Andriantefihasina. Sa victoire en deux manches par 4/0 4/0 reflète bien sa domination sur tous les compartiments du jeu. « Je suis très content car ce résultat est au-delà de mes espérances avant le championnat. Je me suis bien battu et je suis passé devant des joueurs qui m'ont battu il y a quelques mois, cela m'a encouragé dans le travail quotidien que j'entreprends avec mes deux coaches Natacha Randriantefy et Rija Rajaobelina», confie le jeune médaillé de bronze Mirija Andriantefihasina. Une fois le championnat d’Afrique terminé, Mirija Andriantefihasina entamera les masters. « Après un jour de repos, place au Masters. Il faudra remettre les compteurs à zéro car au tennis, chaque jour a sa vérité », conclut Mirija Andriantefihasina.
Plus récente Plus ancienne