Accueil » Actualités » Démocratie – La protection des lanceurs d’alerte envisagée
Actualités

Démocratie – La protection des lanceurs d’alerte envisagée

A l’occasion de la journée internationale de la démocratie, hier, Transparency International Initiative Madagascar (TIMG) a organisé un débat focalisée sur les lanceurs d’alerte, via une visioconférence. Méconnu à Madagascar, le rôle des lanceurs d’alerte est parfois confondu aux activités des personnes considérées comme des perturbateurs ou des accusateurs dans un domaine donné.

Lors de ce débat en ligne, les intervenant sont spécifié la place des lanceurs d’alerte face à une situation délicate. Comme ils contribuent au bon fonctionnement démocratique, valoriser leurs efforts incite les autorités à s’impliquer dans la prise de décision. Les démarches suscitent souvent des représailles.Ces groupes d’individus s’exposent aux menaces et sont « qualifiés d’ennemis de la Nation. » L’adoption d’une loi pour protéger les lanceurs d’alerte a ressorti des échanges entre les activistes issus de la société civile et les hauts responsables des ministères. Le secrétaire général du ministère de la Justice Herilaza Imbikia mentionné cette perspective dans son intervention.

Les acteurs envisagent l’amélioration des efforts entrepris dans la mise en place d’une véritable démocratie. La présence des lanceurs d’alerte dans les domaines sensibles à la corruption participe à la lutte menée en ce sens. Par ailleurs, l’inertie des dirigeants face à des signalements a été remise en question durant le débat. La mobilisation des décideurs dépend parfois de l’ampleur des réactions des observateurs et des citoyens.Un sujet à faible portée médiatique passe sous silence. Le statut des lanceurs d’alerte en tant que gardiens de la transparence demeure un sujet de réflexion.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi