Faits divers

RN4 – Un 4×4 abandonné après viol et rapt de mineure

Hameçonnée sur facebook, une adolescente a été violée à bord d’une Ssangyong Rexton par un individu qui lui a promis un iPhone.

Un violeur de mineure, embusqué sur Facebook, traqué par les forces de la gendarmerie. Pris en chasse par les commandants de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohidratrimo et ses hommes, après le viol à bord de sa SsangYong Rexton d’une jeune fille de dix-sept ans, enlevée avec son amie de vingt ans, un homme de quarante-six ans a abandonné son tout-terrain pour continuer sa fuite à pied. Le 4×4 a été retrouvé avant-hier aux alentours de 21h 30 sur une route carrossable abandonné au milieu de nulle part dans les brousses de Mahitsy.
à bord, les gendarmes ont mis la main, entre autres, sur un couteau ainsi qu’une matraque électrique.

L’adolescente de dix sept-ans victime de l’agression sexuelle, ainsi que son amie de vingt ans, ont échappé à la mort. La rapidité d’intervention des éléments de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohidratrimo a été décisive. Bien que le quadragénaire incriminé soit en cavale, la gendarmerie a glané des indices sérieux, susceptibles de lui permettre de remonter de fil en aiguille jusqu’au fugitif.

Caché derrière un pseudonyme sur Facebook, le quadragénaire a amorcé un premier contact avec la mineure pour parvenir à s’entretenir avec celle-ci. « Il serait inconvenant de divulguer les échanges qui se sont effectués à travers leurs discussions en raison d’obscénité manifeste. Toutefois il est impossible de les contourner du fait que ce sont les circonstances relatées », se désole une source auprès de la gendarmerie.

« Le fait que la jeune fille de dix-sept ans n’aurait jamais connu d’homme de sa vie aurait nourri de mauvaises intentions chez le quadragénaire en fuite. Pour parvenir à ses fins lubriques, il lui a ainsi promis un portable des dernières générations de l’iphone. Samedi soir, il est venu à Ampandrana avec le smartphone. La jeune fille s’est fait prendre dans ses fils enchevêtrés lorsqu’il lui a expliqué qu’il fallait recourir au service d’un informaticien pour activer certaines fonctionnalités telles que les reconnaissances digitales et faciales », poursuit la même source.

Tirs
À l’entendre, la jeune adolescente a accepté de monter dans le tout-terrain du chaud lapin avec sa copine de trois ans, son aînée. N’y ayant vu que du feu, elles ont rejoint Ivandry pour trouver le prétendu technicien, lequel serait parti à Ivato avant qu’il n’arrive. Pris au piège, les deux jeunes filles ont été conduites à Ivato, et ensuite entraînées à Andakana par le même quadragénaire qui les a roulées dans la farine.

À leur arrivée à Anda­kana vers 19h30, le quadragénaire se serait installé à l’arrière du véhicule avec la mineure et a ainsi sommé à son amie de se mettre sur le siège avant. Après avoir verrouillé les portières, il s’est déchaîné sur l’adolescente pour commettre l’agression sexuelle. Désemparée, celle plus âgée se serait saisie du taser électrochoc qu’elle a trouvé dans le 4×4 pour l’utiliser contre le violeur. Ayant réussi à ouvrir sa portière, elle a couru avertir les riverains.

Alertée, la gendarmerie à Ambohidratrimo a mobilisé son équipe d’intervention rapide. Après en avoir fini avec l’adolescente, le violeur l’a éjectée de sa Ssangyong Rexton pour prendre la fuite. Sitôt informés, le commandant de compagnie de la gendarmerie à Ambohidratrimo et ses hommes ont déployé une herse sur la RN 4, à la hauteur de Manakambahiny, mais le chauffard a réussi à l’éviter. Ils ont tiré dans l’obscurité totale sur le 4×4 piquant à toute vitesse, mais en vain. Il a fallu que le fuyard sorte de la RN4 pour prendre une voie étranglée pour que les gendarmes parviennent enfin à le localiser après avoir été informés par le fokonolona.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter