Accueil » A la une » Religion – Pugilat à l’église Jesosy Mamonjy
A la une Social

Religion – Pugilat à l’église Jesosy Mamonjy

Des  fidèles se  sont  affrontés dans  l’église d’Ankorondrano

Nouvel affrontement entre les fidèles de l’Église Jesosy Mamonjy, dimanche. La tension reste vive entre les deux adversaires.

L’église Jesosy Mamonjy à Ankorondrano est loin d’être une salle de sport de combat, pourtant, ce qui s’y produisait, dimanche, était bien pire que le combat sur un ring de catch. Des fidèles, enragés, agissaient violemment envers leurs semblables. Ils étaient comme des personnes déposées. Un homme en est sorti fortement amoché, après que plusieurs hommes l’aient écrasé sous un banc, à l’intérieur du temple. Il a été hospitalisé. D’autres ont été blessés par des bris de vitres. Quelques-uns s’emparaient des briques dans la cour et les jetaient violemment dans la foule. Les vies ont été épargnées, mais des vitres ont été cassées. Les deux parties adverses se pourchassaient et s’entre-tuaient, aussi bien à l’intérieur du temple que dans la cour. Des bancs ont été cassés.

Le cul te a, pour tan t, débuté sereinement. Le portail principal a été fermé, et bloqué par des forces de l’ordre. Les fidèles ont dû faire la queue devant le petit portail et ont été fouillés un à un. « Le risque de décès s’amenuise en cas d’affrontements, lorsque les adversaires sont privés d’armes blanches.», confiaient des éléments de force de l’ordre qui assistaient aux fouilles, effectuées par des membres de cette église. Au même moment, à l’intérieur, des fidèles priaient, louaient. D’autres sont restés à l’extérieur. Au moment où le pasteur Raymond Randrianantoandro, le président du conseil d’administration (PCA), la principale source du désaccord, prêchait, ses adversaires brandissaient une banderole et tentaient d’entrer en force à l’intérieur de l’église.

Incontrôlable

C’est là que les affrontements ont commencé. La situation a été incontrôlable, pendant une heure. Les éléments de force de l’ordre ont dû intervenir pour calmer les tensions. Tous les fidèles ont été renvoyés à l’extérieur de l’enceinte de l’église. Raymond Randrianantoandro et son équipe refusaient de sortir et se cachaient dans une maison. Ce président du conseil d’administration de l’Église Jesosy Mamonjy appelle au calme. « J’aime tous les fidèles de l’Église. Ce problème va s’arranger grâce à Dieu », lance-t-il. Le préfet de police d’Antananarivo, le général Angelo Ravelonarivo précise l’ouverture en permanence de l’église. « Nous allons nous réunir pour voir les failles qui ont provoqué le débordement, pendant le culte du dimanche.», indique-t-il. Les protestataires réitèrent leur refus de l’élection du Pasteur Raymond Randrianantoandro, à la tête du Conseil d’administration de l’Église Jesosy Mamonjy. Le pasteur Raymond Randrianantoandro martèle son élection de manière légale. « La réorganisation de l’élection n’est pas envisageable. Les deux parties ont déjà signé les procès verbaux des élections » souligne-t-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter