A la une Economie

Energie : Le DG de la Jirama éjecté

Le circuit national de distribution d’eau et d’électricité fonctionne mal actuellement, un dysfonctionnement qui a fait décider l’Exécutif à éjecter Aimé Olivier Jaomiary de son poste de directeur général de la Jiro sy Rano Malagasy(JIRAMA) .

Impact positif attendu par les consommateurs. La mission de redressement de la compagnie nationale d’eau et d’électricité (JIRAMA) assignée à Olivier Jaomiary depuis Avril 2017  vient d’être court-circuitée. Par décision prise en conseil des ministres le 14 août, Olivier Jaomiary est démis de ses fonctions de directeur général de la JIRAMA. Entrant en réaction immédiate le lendemain de ce limogeage, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures Vonjy Andriamanga justifie la décision par l’utilité d’un « nouveau souffle » .

Figure montante de l’élite locale, étant sortant de l’Institut National des Sciences Comptables et d’Administration d’Entreprises, Olivier Jaomiary a rapidement occupé des postes de direction dans des sociétés de télécommunications à l’échelle nationale et continentale. Son arrivée à la tête de la JIRAMA il y a deux ans a suscité de l’optimisme en raison de sa qualité de manager reconnu. Contactée sur la suite de carrière du directeur général remercié, la directrice de la communication au sein de la JIRAMA, Tsitohery Francesca Andriamampionona indique que « Olivier Jaomiary n’est pas à Madagascar car il est actuellement en déplacement privé à l’extérieur pour une durée d’un mois ». L’eau potable est en pénurie, et le délestage continue d’handicaper les usagers, qui subissent maintenant une facturation salée de l’électricité et un accès difficile à l’eau. Ces difficultés compliquant la vie de la population risque d’occasionner une explosion sociale si la distribution d’eau et d’électricité assurée par la JIRAMA ne répond plus aux besoins de base des usagers.

Impératif de renouveau

Le ministre Vonjy Andriamanga n’a pas manqué d’évoquer une grande réalisation pendant le passage d’Olivier Jaomiary à la direction générale de la JIRAMA, comme la réduction du nombre des villes touchées par le délestage. « Le remplacement d’un cadre au sein d’une entreprise n’est pas extraordinaire. Cela se fait dans toutes les entreprises. Le moment est venu pour le remplacer afin de donner un nouveau souffle au redressement de la JIRAMA. Nous voulons accélérer le processus avec pour objectif d’atteindre l’équilibre opérationnel d’ici deux ans », explique le ministre. Pendant l’exercice clos au 31 décembre 2017, les résultats de l’audit des états financiers de la JIRAMA présentés l’an dernier a fait ressortir des irrégularités, lesquelles sont rappelées par la Cour des Comptes dans son rapport  en 2018.

Et parmi les dossiers restant en suspense jusqu’à aujourd’hui se trouve le bouclage de la renégociation des contrats avec les fournisseurs de la JIRAMA. La vétusté des équipements de la JIRAMA, raison principale des coupures d’eau et d’électricité qui sévissent dans la capitale selon les responsables, reste sans solution pérenne . Avec la révocation du directeur général de la JIRAMA, les problèmes purement techniques persistent du jour au lendemain. Une maintenance permanente des équipements existants est à prioriser au profit de tous les usagers au lieu et place des projets onéreux planifiés sans impact immédiat.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il n’a jamais été choquant à chaque accession d’une nouvelle majorité dans les pays riches que des têtes sont remerciées dans des secteurs stratégiques comme la Jirama surtout si la situation de l’entreprise met en péril son équilibre financier et ses prestation au niveau des usagers . Il y va même de la survie du régime car on s’achemine dangereusement vers une incompréhension et une exaspération de la population . L’ancien DG des impôts a été viré également certainement dans cet esprit de nouveau souffle . Il en est de même pour les douanes . Maintenant on reste dubitatif quand le gouverneur de la banque centrale est toujours en place alors que la dépréciation continuelle de l’ariary relève en premier lieu de sa compétence sans préjuger de la maîtrise d’ autres critères macro-économiques. La tentation d’évoquer des « fusibles » dans ces démarches d’assainissement pour asseoir une autre vision avec d’autres compétences fiables relèvent d’une méconnaissance du mot  » pouvoir » .

  • D’accord ce limogeage esr normal mais,, pourquoi avoir attendu 2 ans et qu’il soit a l’exterieur ?, les politiques qui sont en ce moment en place n’etaient ils PAS deja la les annees precedentes ?, le 1er d’entre eux a bien gouverne durant 5 ans ?, a ce moment le « bordel » de la Jirama existait et ce depuis longtemps , perso je ne vois aucune amelioration , la meme rengaine est servie concernant les prix mais , pourquoi toujours pas une decision pour changer le gas oil par du FUEL?, posez vous des questions pourquoi la Jirama paie PLUS cher que le quidam a la pompe?, aussi les patrons de Jovena et Galana ne sont pas des 4mits qui ont installe des goupes neufs en profitant de la situation pour amasser du fric et TRES bien connus par les dirigeants actuels avec qui ils paradent lors de manifestations ?, Total ne vaut pas mieux surtout par ‘ »frousse » car certains se souviennent comment Ravalo a expulse . Veloma et bonne journee