Accueil » Faits divers » Affaire Bani Ivato – Plainte pour diffusion de fausses nouvelles
Faits divers

Affaire Bani Ivato – Plainte pour diffusion de fausses nouvelles

Étape suivante de l’affaire concernant le décès du garçon Nasandratra Valimbavaka Rambola­mendrika. La BANI a déposé plainte pour diffusion de fausses nouvelles.

Rocambolesque. Presque un mois et demi s’est écoulé après les violences qui ont coûté la vie au garçon Nasandratra Valimbavaka Rambolamendrika, à Ivato, le 6 juin. Divers témoignages accablent des militaires de la Base aéronavale d’Ivato (BANI) comme étant les auteurs des coups mortels.

Lova Rabenarivo, brutalisé avec l’enfant, mais qui a survécu, a déclaré qu’ils ont, tous les deux, été torturés par des militaires. Jusqu’ici, les versions des faits des victimes et de l’Armée sont contradictoires.

Pendant ces temps, la section des recherches criminelles de la gendarmerie à Fiadanana s’est attelée aux investigations. Elle avait ramené le survivant sur les lieux des violences pour essayer d’en faire une reconstitution.

Fausses nouvelles

Elle a fini de l’auditionner et de recevoir sa déposition, ainsi que celle des témoins et de la famille du défunt. Elle a également clôturé l’interrogatoire des dizaines de militaires soupçonnés.

Actuellement, l’affaire se poursuit dans un nouveau stade, car la BANI a porté plainte pour propagation de fausses nouvelles. « Donc nous y sommes », dit le colonel Tahina Ravelo­manana, commandant de la section des recherches criminelles, dans une conversation téléphonique.

Le transfert du dossier au niveau du ministère public ne serait pas dans les prochains jours, compte tenu des péripéties de l’affaire.

De leur côté, des différentes instances nationale et internationale des droits de l’homme s’intéressent et suivent de près cette histoire consternante qui reste sous le feu des projecteurs.

Des habitants d’Ivato se donneront rendez-vous dimanche à 15 heures à côté de l’église Sainte Thérèse pour rendre hommage au défunt Nasandratra Valimbavaka et pour consoler sa famille. « Que chacun s’habille en noir ou en blanc », peut-on lire dans le post de Tantely Ramaroson.

Les deux garçons ont été accusés de vol et arrêtés. Pourtant, ils ont ensuite été passés à tabac. Le plus jeune a fini par mourir.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter