Actualités Culture

Musique – Volavie se redécouvre dans la Grande île

Elle voue une passion dévorante pour la musique et l’art du spectacle en général. Volavie, fière de son identité culturelle, revient au pays.

Affichant un attachement particulier pour la musique traditionnelle malgache, la chanteuse Volavie, de son vrai nom Vola Ursulla, promeut une musique fédératrice du terroir. Actuellement à l’affiche du festival Angaredona, elle y chantera pour le public ce 16 juillet. S’ensuivra une série de concerts haut en couleur dans la capitale. Le 22 juillet au Café de la gare Soarano, et le 23 juillet au Buffet du jardin Antaninarenina.
Si son nom peut paraître inconnu à l’oreille des mélomanes aguerris, Volavie affiche quand même déjà près de vingt ans de carrière au compteur. Une carrière riche en découvertes, en échanges et en créativité qu’elle a forgée en côtoyant les grands noms de la scène musicale nationale. Le chant étant une passion intarissable chez elle depuis sa tendre jeunesse, elle s’est vite fait une place dans le milieu dès ses débuts. Notamment grâce à l’Alliance française d’Antananarivo, qui lui a attribué, à l’époque, un certificat de chanteuse-interprète. Continuant son bonhomme de chemin, elle a suivi une formation en Arts du spectacle, théâtre et cinéma en France.

Mélodieuse et créative
« Je me suis de suite mise dans le bain comme on dit, je me suis renforcée en collaborant avec divers artistes de renom. Ceci dit, c’est ma collaboration avec le groupe Pap’s qui m’a le plus aidée à mes débuts », confie Volavie. S’étant fait remarquer, une carrière de choriste et de duo l’a enrichie, entre autres avec Bodo, Njakatiana, Tovo J’hay, Fenoamby, Mily Clément, Tsimipoera , Din Rotsaka ou encore Lalao Rabeson. Des collaborations qui ont eu lieu au pays, mais aussi à l’étranger dans leur majorité, puisque Volavie entame surtout sa carrière en France.
Avec deux décennies de carrière musicale et forte de ses expériences, elle a déjà sorti deux albums àson compte, « Balade » et « Magnantso ». Deux opus à travers lesquels elle conjugue aussi bien le « salegy » que le « kawitry », mais aussi le « basesa » et le « kidodo », autrement dit, des mélodies typiques de la Grande île. La chanteuse d’affirmer « En tant qu’artiste résidant principalement à l’étranger, il importe énormément pour moi de mettre en valeur mon identité culturelle et ma fierté d’être malgache. De ce fait, je me plais à illustrer nos valeurs, aussi bien à travers mes compositions que mon code vestimentaire ».
Au-delà d’être chanteuse, Volavie est également à la tête d’un groupe évangélique « Hope for Madagascar ». Elle célèbrera ses vingt ans de scène, l’année prochaine.

Andry Patrick Rakotondrazaka