Accueil » A la une » Prix du carburant – Quelle stratégie pour affronter la hausse ?
A la une Economie

Prix du carburant – Quelle stratégie pour affronter la hausse ?

Le  prix  du  carburant  connaîtra  une  hausse  mais  à  combien  ?

La population n’est pas consciente des impacts d’une éventuelle hausse. Le gas-oil et l’essence ne connaissent pas encore de changement de prix malgré le contexte international et national… mais quand le prix augmentera-t-il ?

Le prix du carbu­rant n’a pas bougé depuis trois ans. Une situation qui arrange et dérange à la fois l’opinion. Mais il augmentera tôt ou tard. Les impacts de la hausse ne sont pas assez expliqués par les autorités et la population n’est pas consciente de ce qui l’attend. « Il faudra prépa­rer la population aux conséquences d’une hausse de prix », a réagi une source.

Pour le gouvernement, la stagnation du prix apaise la politique et le maintien de la paix sociale. Pourtant, une mauvaise stratégie et plan d’actions local pour ce projet de non retour de hausse de prix, provoquera une situation des plus désastreuses auprès de la population. « Si le prix du carburant atteignait 6 000 ariary ou 9 000 ariary le litre, il y aurait des impacts sur la vie économique et sociale de la population. Ne serait-il pas plus sage de prévenir et de préparer la population à cette hausse ? » propose un autre analyste, ayant déjà occupé une haute fonction dans le pays. Il a pris l’exemple du coût répercuté sur un transporteur de gros véhicules. Un camion transporteur de marchan­dises paie actuellement 1 400 000 ariary en carburant pour faire le trajet Toamasina-Antananarivo. Si le litre était révisé à 6 000 ariary, avec les autres coûts connexes liés au transport, le camion aura à payer 3 900 000 ariary, soit une hausse de près de 35%.

Exact

Pour la source, il importe d’étudier les dispositions à prendre face à cette hausse. Le ministre de l’Énergie et des hydrocarbures, Andry Ramaroson, dans une émission télévisée récente, a déclaré que « si le carburant connaissait une hausse, ce ne sera pas une forte hausse comme celle qu’on observe dans les îles voisines, qui atteint 2 euros, soit 8 000 ariary » a – t -il souligné. Quand le prix connaîtra-t-il une hausse ?

Devant l’assemblée nationale, au mois de mai dernier, Andry Ramaroson a fait savoir que la hausse est in­- évitable mais n’a pas donné de date exacte. Et quelques semaines auparavant, il l’avait annoncé pour le mois de juin. Est-ce pour le mois de juin ? Juillet ? Août ? Septembre ou à la fin de l’année C’est loin d’être précis car les pourparlers avec les compagnies pétrolières seraient encore en cours. « Le prix connaîtra une hausse mais il est important pour la population de connaître au préalable ne serait-ce que le taux d’augmentation qui sera maintenu. Elle a le droit de savoir. Et ce serait encore mieux si l’Etat avançait des réflexions sur comment faire face à la hausse », propose encore l’analyste.

La hausse du prix du carburant entraînera une hausse des frais de transport, des coûts énormes pour la Jirama qui s’engouffre déjà avec près de 1 000 milliards d’ariary de dettes et qui ne sera plus assurée en livraison de carburant par les pétroliers. Jirama est la plus grande consommatrice de carburant dans le pays. Les conséquences seront perçues directement sur les prix des PPN, des importations, des matériaux de construction, des médicaments, des équipements divers. Et les compagnies pétrolières menacent de plier bagage… pour cause de dus non obtenus.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter