Accueil » Actualités » A chaud
Actualités Politique

A chaud

Le Sénat accule les patrons de presse.  
Le Sénat a adopté le code de la communication médiatisée, hier, à Anosy en y apportant deux amendements. Celui concernant l’article 85 alinéa 2 du texte, retouché par les sénateurs, prévoit désormais que « le directeur de publication, qu’il soit salarié ou non de l’entreprise de presse, doit être obligatoirement le propriétaire ou l’actionnaire majoritaire ». Ce qui implique que le patron de presse sera, dorénavant, le premier responsable des délits de presse devant la justice. « Il s’agit de responsabiliser les patrons de presse. Ce serait injuste que toutes les charges pèsent sur le directeur de publication qui n’est qu’un salarié, alors qu’il risque d’autant plus son poste », argue le sénateur Zo Rakotoseheno, initiateur de l’amendement.

Mobilisation contre l’article 20.
Les journalistes se donnent rendez-vous vendredi à l’Assemblée nationale, à Tsimbazaza, afin de plaider auprès des députés la réinsertion d’une disposition abrogeant l’article 20 de la loi sur la cybercriminalité, au sein du projet de code de la communication médiatisée. Le ministère de la Communication table sur un parallélisme des formes, ne permettant pas cette démarche d’abrogation. Une loi peut, pourtant, en abroger une autre, sinon les techniciens ayant pris part à la rédaction de l’avant-projet de code n’auraient pas inscrit la disposition d’abrogation dès le départ. Des entités de la société civile ont également indiqué leur présence à Tsimbazaza, vendredi.